Béoumi/Le ministre Sidi Tiémoko Touré tourne la page de la crise post-électorale et prône la paix et le vivre ensemble

0
77
dav

Week-end bien rempli pour le ministre ministre Sidi Touré à Béoumi, chez lui, qui a  échangé à avec plusieurs groupes sociaux sur la situation post-électorale du pays et examiné avec ses hôtes des stratégies de sortie de crise et un retour à la sérénité.

Ces rencontres entammees le vendredi 20 novembre avec le corps préfectoral et la jeunesse, se sont poursuivies le samedi, le lendemain donc, avec les guides religieux, les chefs coutumiers et de communautés, les femmes et les grins du département de Béoumi. Le dimanche 22 novembre le ministre a reçu le RHDP et les mouvements et clubs qui lui sont favorables.

Sidi Touré avec les femmes

Ralliant la ville de Béoumi par la route, Sidi Touré à marqué plusieurs haltes dans des villages, et principalement à Affotobo, là où justement son cortège avait essuyé les tirs après le scrutin du 31 octobre au moment où il regagnait Bouaké.

Les jeunes lui ont traduit leurs regrets et leur repentir.  « M. Le ministre, nous avons été manipulés. Un tel acte de vandalisme que rien ne pourrait justifier n’honore pas la jeunesse de Béoumi. Nous ne comprenons pas comment vous qui êtes parmi les personnes qui ont le plus fait pour la jeunesse ait été la cible de ces actions néfastes. M. Le ministre, nous sommes vos enfants, vos petits frères. Pardonnez-nous nos errements. Nous allons nous ressaisir et plus rien ne sera comme avant », a dit le porte parole de la jeunesse à Affotobo.

À chacune des rencontres, les hôtes du porte-parole du gouvernement, à l’instar des des autres couches socio-professionnelles, lui ont apporté leur réconfort, compassion et excuses suite aux événements survenus dans plusieurs villages de Béoumi pendant l’élection présidentielle et singulièrement l’attaque de son cortège qui a causé des blessés par balles de fusils  calibre 12 et jets de projectiles.

Ici Sidi Touré est entouré des chefs de communautés

« Nous avons fauté. Nous demandons pardon au gouvernement et au ministre. Nous avons écouté le ministre et nous avons entendu de sa bouche ce qui lui est arrivé. Yako M. Le ministre. La terre a été souillée. Et nous nous proposons de concert avec vous de choisir une date pour la purifier. Nous allons continuer à jouer notre partition », a rassuré le porte parole des chefs coutumiers, Konan Kouadio Franck, chef de village de Yoboué N’zoué.

Pour sa part, le chef de canton Nanan Ago Barthélemy a indexé les hommes politiques.

« Je voudrais saluer et féliciter le ministre Sidi Touré, non seulement pour son courage, mais aussi pour son franc parler et pour tout   ce qu’il fait pour nous. Avec tous ces agissements, d’autres à sa place peuvent se décourager et tout arrêter. Ce sont les politiciens qui sont à la base de tous les débordements. Ils ont le droit de demander notre suffrage mais pas celui de nous ôter la vie. En tant que chefs nous irons vers tous nos enfants pour leur parler. Il faut qu’on s’accepte mutuellement. Aujourd’hui c’est le RHDP qui a gagné. Que les autres acceptent et le félicitent. Demain ce sera leur tour », a-t-il dit.

En reponse, Sidi Tiémoko Touré, après avoir dépeint la situation des débordements à Sakassou et Béoumi, les a remercié pour la démarche et les a invité au pardon, à la paix et au vivre ensemble, non sans féliciter tous ceux qui ont oeuvré au retour de la sérénité à Sakassou et Béoumi. La reine des Baoulé Nanan Akoua Bony en tête.

“Je suis chez moi ici à Béoumi. Voilà pourquoi je suis toujours heureux d’être parmi vous. Nous étions venus simplement pour des élections. Une élection on y prend part ou non de gré. On peut choisir de ne pas voter. Mais on n’a pas le droit d’empêcher les autres de le faire. Cela n’est pas acceptable. Mal c’est ce qui s’est passé dans certaines localités chez nous. Je voudrais saluer et féliciter ceux qui malgré toutes les menaces ont voté et porté le candidat du RHDP au pouvoir. Il nous envoie vous dire merci et vous demander de vous inscrire sur la voie du vivre ensemble ».

Poursuivant, Sidi Touré, après avoir rassuré les uns et les autres que la page était tournée pour lui, dira qu’il y a du travail à faire et donc il n’est pas question de baisser les bras. « Cette crise est du passé pour moi. Nous ne devons pas baisser les bras. Je pense que nous, cadres parent, chefs, religieux, avons failli quelque part vis à vis des jeunes. D’autres échéances électorales vont venir. Allons-nous continuer de nous entretuer ? La question s’adresse à nous tous. Ce n’est pas de cette façon que nous allons traduire notre reconnaissance au Président de la République pour tout ce qu’il fait pour nous », va-t-il regretter après avoir égrener les nombreuses actions de développement dans la région.

« Vraiment, il y a un sérieux problème. Vous les têtes couronnées vous devez vous revoir. Les responsabilités sont certes partagées, mais les vôtres sont encore plus grandes ».

Le dimanche 22 novembre 2020 recevant les militants et sympathisants RHDP, des mouvements et associations qui lui sont favorables, Sidi Tiémoko Touré leur a demandé de ne pas avoir un esprit de vengeance mais de pardon.

« N’ayez pas l’épée à la main contre vos agresseurs d’hier. Pardonnez et avancez. C’est de cette seule façon que nous réussirons à construire un RHDP encore plus fort ». Évidemment au cours de toute ces réceptions, le ministre Sidi Touré n’a pas manqué de faire parler sa générosité à l’endroit de chacun des groupes de ses hôtes qui ont pris l’engagement de s’inscrire résolument sur la voie de la paix et du développement.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici