Crise au Centre de Santé Communautaire de Palmeraie/La FEDESCOM-CI dénonce une cabale et interpelle le ministre Pierre Dimba

0
260

Un conflit de gestion oppose des adhérents de l’Association Gestionnaire du Centre de Santé de la Riviera Palmeraie (AGSPALM). D’un coté, le Conseil d’Administration  de ladite association présidé par KOUAO Akoua Francis et de l’autre, des adhérents conduit SERIKPA Zokou André. Suite à l’enlisement de la crise, la Fédération des Etablissements Sanitaires Communautaires de Côte d’Ivoire (FEDESCOM-CI), la fédération à laquelle est affiliée le Centre de Santé Communautaire de la Riviera Palmeraie, a adressé un courrier au ministre de tutelle Dimba N’Gou Pierre pour lui faire l’état des lieux et lui proposer des pistes de solutions.

Dans le courrier, Gui Sylvanne président de la FEDESCOM-CI précise que depuis le déclenchement de cette crise, sa fédération a approché les deux parties pour le règlement du conflit. A savoir ; la mise en place d’un  Conseil d’Administration composé des deux parties en vue d’organiser l’Assemblée Générale Ordinaire Elective le 06 février 2021. Lesquelles résolutions ont été acceptées par les deux parties. Le courrier poursuit pour dire que  contre toute attente, SERIPKA André adresse un courrier datant du 15 octobre 2020, à  la FEDESCOM-CI  pour annoncer son retrait des résolutions du processus de normalisation. 

Et un courrier du Directeur de Cabinet du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique vient reporter sine-die l’Assemblée Générale Ordinaire Elective. ‘’A notre grande surprise, le Directeur Régional Abidjan II s’est auto saisi du dossier et a convoqué une réunion de travail à son cabinet le lundi 22 mars 2021, pour dit-il aplanir les différends et déterminer une date pour la tenue de l’Assemblée Générale sans nous associer. Au sortir de cette réunion, le Directeur Régional a mis en place un comité électoral  composé des fonctionnaires de sa direction et des personnes étrangères à l’association en violation flagrante des textes de l’AGSPALM’’, fait remarquer Gui Sylvanne, président de la FEDESCOM-CI.  Il indique que le comité électoral mis en place par le Directeur Régional a invalidé la candidature du Président du Conseil d’Administration  sortant au motif que le domicile de celui-ci porterait le nom de son épouse légitime et la non production du diplôme de Baccalauréat. 

La FEDESCOM-CI qualifie cette décision du comité électoral de forfaiture. Car, précise-t-elle le PCA KOUAO Akoua est fonctionnaire de catégorie A3 ayant fait ses preuves au Ministère des Affaires Etrangères pendant 32 ans.

La cerise sur le gâteau selon le Président Gui Sylvanne, pendant cette réunion convoquée par le Directeur Régional, le Président KOUAO Akoua a été arrêté par la police économique en complicité avec les membres du comité électoral sans motif avant de recouvrer la liberté quelques heures après.  Selon Gui Sylvanne, l’Inspecteur Général s’est saisi par la suite du dossier et a invité le PCA KOUAO de se retirer de l’élection sous prétexte qu’il ne remplirait pas les conditions.

Face au refus de M. KOUAO, l’Inspecteur a menacé de mettre sous tutelle le centre de santé et a promis faire le rapport au ministre.  Devant cet état de fait, le Président Gui Sylvanne propose la mise en place d’un comité paritaire regroupant les deux parties en conflit et présidé par le représentant de la tutelle et supervisé par la FEDESCOM-CI et la Confédération des Etablissements Sanitaires Communautaires de Côte d’Ivoire, en vue d’organiser une Assemblée Générale Ordinaire Elective consensuelle, libre et transparente.

Il en a profité pour féliciter le Président de la République Alassane Ouattara pour les efforts consentis dans le fonctionnement des Etablissements Sanitaires à base Communautaires (ESCOM) depuis 2011.

C’est pourquoi, il salue la disponibilité du ministre de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle, Dimba N’Gou Pierre à accompagner le Chef de l’Etat dans ses efforts pour résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les ESCOM, notamment trois (03) mois d’arriérés de salaires impayés et primes de risques Covid-19 non versées.  

N’guessan Kouadio (collaborateur extérieur)

Légende photo : Gui Sylvanne pdt de la FEDESCOM-CI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici