Foot/PSG-Basaksehir. Récit d’une triste soirée teintée de racisme

0
65

La rencontre entre le PSG et l’Istanbul Basaksehir a été arrêtée après des accusations de racisme contre le quatrième arbitre, mardi soir en Ligue des champions. Cette situation, inédite, a provoqué de vives réactions dans le monde entier.

Pour un simple match de la dernière journée de la phase de groupe de la Ligue des champions parmi tant d’autres, il a été donné de vivre encore une histoire de racisme sur un terrain de football. Mardi soir, la rencontre PSG-Istanbul Basaksehir a largement dépassé le cadre du football. On jouait depuis moins d’un quart d’heure de jeu au Parc des Princes quand la rencontre a basculé. Alors que la tension est vive sur le terrain, l’arbitre expulse l’entraîneur adjoint d’Istanbul, Pierre Achille Webo.

C’est alors que le Camerounais s’emporte contre le quatrième arbitre et l’accuse de l’avoir traité de « negro ». Après de longues discussions, les joueurs des deux vestiaires rentrent aux vestiaires et la rencontre est interrompue. Deux heures plus tard, aux alentours de 23h15, le match est finalement arrêté et reporté à mercredi 19h. Récit de cette triste soirée.

Un début de match tendu

Le match entre le Basaksehir, déjà éliminé, et le PSG, presque qualifié pour les huitièmes de finale, n’a débuté que depuis quelques minutes. Le score est toujours de 0-0 et il n’y a encore eu aucune occasion franche. Sur le terrain, l’ambiance est tendue. Neymar subit des fautes chaque fois qu’il a le ballon. Dans le premier quart d’heure de jeu, deux joueurs du Basaksehir, Mahmut Tekdemir (10e) puis Rafael (12e), sont sanctionnés d’un carton jaune.

« Shame on you ! » (« C’est honteux ! »), lance un défenseur du Basaksehir après une décision de l’arbitre, Ovidiu Hategan. Le Roumain, âgé de 40 ans, est un vieux routier de la Ligue des champions, où il arbitre depuis 2011, avec plus d’une trentaine de matches à son actif.

Pierre Achille Webo accuse l’arbitre de l’avoir traité de « negro »

Mais après un nouvel accrochage, cette fois impliquant le défenseur parisien Presnel Kimpembe, le ton monte sur le banc de touche du Basaksehir. Pierre Achille Webo, assistant camerounais de l’entraîneur turc Okan Buruk, conteste une décision de l’arbitre.

S’ensuit une discussion, en roumain, entre Ovidiu Hategan et le quatrième arbitre, Sebastian Coltescu, roumain lui aussi. L’arbitre inflige un carton rouge à Webo. Mais le Camerounais proteste en anglais, affirmant avoir entendu « negro », terme très imprégné de racisme en français et anglais, dans la bouche de Sebastian Coltescu. La tension monte et tandis que le chronomètre continue de tourner, les joueurs des deux équipes et le corps arbitral se réunissent au bord du terrain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici