Libye/Un pays, deux Premiers ministres

0
272

En Libye, il y a deux premiers ministres. L’un, Fathi Bachagha désigné par le Parlement comme Premier ministre, l’autre, Abdel Hamid Dbeibah, soutenu par l’ONU. Une bataille est engagée entre les deux pour la légitimité, mais le second semble de plus en plus isolé.

Avec deux Premiers ministres siégeant dans la capitale Tripoli, le premier à la tête du gouvernement depuis un an et le deuxième désigné le 10 février, le risque d’aggraver les divisions qui minent le pays est de plus en plus fort en Libye.

Le président du haut conseil de l’État a apporté son soutien au Parlement pour la désignation de Fathi Bachagha comme Premier ministre. En sortant de son silence, Khaled El Mishiri affaiblit donc Abdel Hamid Dbeibah, qui est désormais la cible du haut conseil de l’État et non plus seulement du Parlement. Quarante parlementaires ont estimé que Dbeibah est responsable de l’échec des élections en se présentant à la présidentielle malgré des engagements actés dans l’accord politique.

Mal en point malgré le soutien de la communauté international, Dbeibah lance sa dernière cartouche et met sa candidature à la présidentielle en jeu. Il a déclaré qu’il renoncerait à sa candidature s’il est reconduit jusqu’aux élections.

Un retrait calme et sans problèmes ?

En tout cas, sa démonstration de force, ce week-end à Tripoli, avec des milices venues de Misrata et de Sabrata s’est vite éclipsée après l’annonce du soutien de 116 brigades armées de Misrata à Fathi Bachagha. Misrata étant la ville originaire des deux Premiers ministres.

De son côté, Fathi Bachagha a considéré que sa désignation est le fruit d’un « accord historique » entre le conseil de l’État et le Parlement. Il a affirmé que Dbeibah allait se retirer « calmement et sans problèmes » une fois que le Parlement aura accordé la confiance au gouvernement qu’il est en train de former. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici