Les deux directions régionales de l’éducation nationale (DREN1 et DREN 2) de Bouaké veulent faire de l’enseignement inclusif une réalité. Elles ont organisé mardi 8 octobre dans les locaux de la DREN 1 une rencontre avec l’ensemble des acteurs du système éducatif de leur circonscription une séance de formation pour sensibiliser les enseignants sur la nécessité de prendre en compte au niveau de l’apprentissage, tous les enfants en mettant sur le même pied d’égalité les enfants disposants de tous leurs sens et ceux présentant des handicaps de quelles que natures qu’elles soient.

C’était dans le cadre de la campagne de sensibilisation pour la scolarisation et le maintien à l’école des enfants en situation de handicap; (ESH) à Bouaké.

A cette rencontre, Aboudramane Ouattara, responsable du projet « école inclusive pour tous » à la Dren 1 Bouaké a, à cette occasion dressé le bilan dudit projet à Bouaké depuis sa mise en œuvre dans la localité en 2016. « Après le lancement de l’école inclusive pour tous en 2013 par la ministre Kandia Camarade à Abidjan.

A Bouaké, ce sont au départ 13 enfants avec qui le projet avaient démarré pour s’étendre aujourd’hui à 70 enfants malentendants et malvoyants qui ont été intégrés dans 3 établissements scolaires. Notamment aux groupes scolaires Ex-filles, Mamiannou et Belleville-nord. 150 enseignants spécialisés dispensent une éducation renforcée dans les localités de Bouaké, Yamoussoukro et Toumodi.

Au total, ce sont 750 enfants en situation de handicap identifiés par les parents et associations de personnes vivants avec handicap, qui seront pris en compte par ce projet », a expliqué Aboudramane Ouattara.

Pour sa part, le DRENET 1, Pongatier Ibrahim Sanogo, a invité  les acteurs du système éducatif, les parents et les ONG à  faire de l’école inclusive, une réalité une réalité en Côte d’Ivoire. « Merci d’avoir compris qu’il n’y a pas d’enfant handicapé. Le handicap est seulement dans notre esprit. Merci d’avoir compris que tous les enfants sont les mêmes. Quand Dieu arrache un sens à un enfant, il lui donne une compétence, capacité ailleurs. Un handicap est vite arrivé à n’importe qui à tout moment. Je voudrais donc encourager les enseignants qui ont accepté de se mettre à la disposition des ESH. Merci au ministère de l’Education nationale qui a compris l’opportunité de cette formation. Merci à toutes les organisations qui accompagnent cette vision. Que chacun de nous s’y mette. Apprenons les signes, apprenons le braye pour être des enseignants complets », a-t-il dit.

Très satisfait de cette rencontre, Daouda Coulibaly, président de l’association des personnes vivants avec un handicap de la région de Gbêkê, est allé dans le même sens que le DRENET 1, avant de plaider que ce projet soit élargi à tous les enfants vivants avec un handicap partout en Côte d’Ivoire. « L’école, c’est pour tous les enfants et l’école inclusive doit profiter à tous les enfants de la Côte d’Ivoire ».

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici