Cameroun/Paul Biya réélu sans surprise

0
600

Agé de 85 ans, Paul Biya est réélu au Cameroun pour un septième mandat consécutif. Depuis 1982 il est à la tête du Cameroun, soit 36 ans de présidence.

Le président Paul Biya est vainqueur dans neuf régions sur dix. Il l’emporte largement dans les trois départements du septentrion : 79 % des suffrages exprimés dans l’Adamaoua, 89 % dans l’Extrême-Nord, 81 % dans le Nord. Il l’emporte aussi largement dans le Centre et dans l’Est et obtient 92,91 % des voix dans son fief du Sud.
Seul le Littoral (dont le chef-lieu est Douala, la capitale économique) échappe au président sortant. Le candidat de l’opposition Maurice Kamto, qui avait revendiqué la victoire au lendemain du scrutin, y est donné vainqueur avec 38,60 % des suffrages. Maurice Kamto qui, selon ces résultats officiels, arrive en deuxième position avec 14,23 % des voix.
Cabral Libii prend la troisième place avec 6,28 % des voix.
A noter enfin le très mauvais score de Joshua Osih, du SDF, qui était pourtant le principal parti de l’opposition camerounaise, et qui obtient seulement 3,35 %.
Tous ces chiffres, les opposants les contestent. Ils parlent tous de résultats fabriqués et d’élection volée. On attend désormais les déclarations officielles de ces candidats, notamment celle de Maurice Kamto.
Depuis ce matin, en tout cas, un fort déploiement sécuritaire est visible à Yaoundé et à Douala où la police anti-émeute et la gendarmerie sont déployées notamment au niveau des grands carrefours.
A noter également qu’Adamou Ndam Njoya obtient 1,73 %, Garga Haman Adji 1,55 %, Frankline Ndifor 0,67 %, Serge Espoir Matomba 0,35 % tout comme Akere Muna qui s’était désisté, à la veille du scrutin, en faveur de Maurice Kamto.
Une victoire « incontestable » pour le RDPC
Joint par RFI, Issa Bakary Tchiroma, porte-parole du gouvernement, a salué la réélection du président Biya.

L’opposition conteste
Du côté de l’opposition, Maurice Kamto a rejeté les résultats avant même leur proclamation. Cabral Libii a, quant à lui, estimé que les résultats de cette présidentielle sont une forfaiture.

Réaction également des Nations unies. Le secrétaire général de l’ONU a indiqué avoir « pris note » des résultats et appelle, en cas de contestations, à ce qu’elles suivent « la voie légale ». Antonio Guterres encourage également toutes les parties à « privilégier le dialogue ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici