Côte d’Ivoire/A Niakara le Carnaval Kaha a pris fin avec l’incinération de « Abah Carnaval »

0
2111

Un proverbe bien de chez nous dit que « Le musulman a beau aimer la prière, il ne passe pas la nuit à la mosquée ». Si vous avez de la peine à saisir le sens de ce proverbe, comprenez simplement que tout a une fin. Les lampuons se sont éteints sur la deuxième édition du Carnaval Kaha qui aura procuré une énorme joie aux populations duran quatre jours. Et cette apothéose s’est déroulée de la plus belle des manières comme il est de coutume pour la plupart des Carnavals. 

La mise en feu de « ABAH Carnaval », entendez par là « chef du village carnaval » ou encore « Papa Carnaval » a annoncé la fin effective du carnaval kaha de NIAKARA acte 2, ce jour du 18 novembre 2018 à 18 h.

Le tam-tam parleur a retenti à 10 h pour inviter toute les populations à la place du carnaval.

Comme à l’ouverture on a assisté à une liesse populaire. Évident que le village du carnaval était bondé de monde. Avec le commissaire général du carnaval kaha, l’honorable Guibessongui Sévérin, les autorités (préfet, sous-préfets, maire, chefs coutumiers, autorités religieuses…) et populations ont revisité le patrimoine culturel Tagbana à travers un ballet de danses traditionnelles. Ainsi l’on a eu l’honneur de decouvrir ou redecouvrir les prêtresses de la danse « HÔYOUGOU » de NIAKARA, celles qui exorcisent le mal, et prédisent l’avenir, la danse « MADJOUGOULA » de TAFIRÉ qui s’apparente au « Boloye », la danse « Wofé » de Latokaha qui a émerveillé la foule de par son côté guerrier, (les danseurs font une légère course avec des bâtons). Le village de KANAWOLO avec sa riche culture n’a pas voulu se faire conter l’événement. Il est venu avec sa réputée danse « KAPATCHAN » pour donner une autre couleur à la fête.

Pour une fête de cette envergure, l’excellence ne pouvait qu’être au rendez-vous. Et les meilleurs élèves, ceux-là mêmes sur qui repose l’espoir de demain, ont été récompensés.

Pendant quatre (4) jours, Le peuple Tagbana a été la capitale culturelle de la region du Hambol. On a découvert le riche patrimoine Tagbana, à travers des contes , des proverbes, des tisserands qui ont mis en valeur le pagne exclusivement Tagbana avec un motif aux couleurs de la pintade, les coiffeurs et coiffeuses, le tam-tam parleur dont le langage relève du bois sacré. Que dire alors de tous ces artistes tagbana qui ont fait montre de leurs talents tant par l’humour que par la musique tradi-moderne. Et bien sûr le TCHAPALO. (Demandez à nos alliés Yacouba, Djimini et consorts. Ils vous en dirront). Bref, beaucoup de facettes cachées de la riche culture Tagbana ont été révélés au monde entier.

Innfine, le Carnaval Kaha 2018 a tenu toutes ses promesses. Chapeau au commissaire général et à son équipe, mention spéciale au peuple Tagbana dans sa diversité, à ses alliés et l’ensemble des peuples de la Côte d’Ivoire qui se sont approprié l’événement.

Vive le carnaval 2019.

Gnakouri Tostao

Appréciez par vous mêmes
ABAH CARNAVAL avant son incinération
HÔYOUGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici