Côte d’Ivoire/Bédié fait annuler une manifestation de soutien de ses actions et de l’accord politique du RHDP

0
545

Une manifestation de soutien aux actions du sphinx de Daoukro et à l’accord politique du RHDP était annoncée du coté de Daoukro, ce weekend. Iniitiée par le Vice-président de la République et Vice-président chargé de la coordination des activités des Vice-présidents du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda), elle a été reportée à la dernière minute par le patron du parti le plus ancien de Côte d’Ivoire. C’est son directeur de cabinet, Dr Wenceslas Lenissongui Coulibaly qui a lu le communiqué relatif à ce report. « Le président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, président du présidium du Rhdp, informe les militantes, les militants et sympathisants du Pdci-Rda et des populations de Daoukro que le grand meeting d’hommage et de soutien prévu en son honneur et pour l’accord politique du Rhdp, le samedi 26 mai 2018, est reporté à une date ultérieure », informe le communiqué. Le Sphinx de Daoukro justifie sa décision, dans le Nouveau Réveil du mardi 22 mai 2018, par quatre raisons. Le décès du maire de Daoukro, Tanoh Joseph, la « fête des mères », la révision de la liste électorale du 17 au 24 juin 2018 pour les élections municipales et régionales et le « chronogramme des manifestations d’hommage ». Ce chronogramme que Bédié recommande place Daoukro en dernière position, après Gagnoa, Dimbokro et Bouaké.
Quoique pertinentes, les unes que les autres, les raisons invoquées par Bédié pour faire reporter la manifestation sont sujettes à caution voire suspectes. Il y est perçu une volonté bien cachée de Bédié de transformer en ruine toute action venant de Duncan et de sa « bande » accusés, au Pdci-Rda, de rouler pour le Rdr. Car, au fond de la cause défendue par Henri Konan Bédié dans cette affaire, il y a ce parfum de malaise qui souffle sur le Pdci depuis quelque temps entre partisans du Rhdp-parti unifié et ceux qui y sont ouvertement opposés. Daniel Kablan Duncan, des ministres, anciens ministres et présidents d’institution, dont Jeannot Ahoussou Kouadio (Senat), Kobenan Kouassi Adjoumani, Abinan Kouakou Pascal, Raymonde Coffie Goudou sont les porte-drapeaux et défenseurs acharnés du Rhdp-parti unifié. La plupart, pour des raisons diverses, sont des abonnés absents à toutes les cérémonies d »hommage à Bédié organisées ou présidées par Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif en chef du Pdci. D’abord à Yamoussoukro, puis, récemment à Koun Fao, le 5 mai 2018. Que penser de ce report? Supercherie politique ? Henri Konan Bédié a-t-il perçu, derrière cette cérémonie d’hommage à son honneur et pour l’accord politique du Rhdp du 26 mai 2018 à Daoukro, une supercherie politique visant à expliquer le bien-fondé du Rhdp, à encourager et à inciter au soutien du parti unifié ? Certains cadres, dans l’entourage de Bédié, y ont certainement vu une « volonté des organisateurs de semer le trouble à Daoukro et provoquer la confusion dans les esprits des militants du Pdci-Rda ». Toutes choses qui pourraient « saper le travail de mobilisation effectué sur le terrain par le Secrétariat exécutif et les structures spécialisées du parti ». Bédié qui a donc appréhendé la menace sur l’équilibre de son parti et les perspectives à venir, a pris la décision de stopper net, pour ne pas dire bloquer, dans leur élan, le Vice-président Daniel Kablan Duncan, Adjoumani et autres Abinan Kouakou Pascal. « Bédié en interdisant cette cérémonie donne la preuve (si besoin en est encore!) de sa constance politique et de sa ferme volonté d’œuvrer pour la victoire du Pdci-Rda en 2020 », estime un haut cadre du Pdci. Aujourd’hui, deux blocs antagonistes sur la question du Rhdp unifié s’affrontent à fleurets mouchetés au Pdci-Rda. D’un côté, les « militants Pdci-républicains ». En face, Maurice Kakou Guikahué, Niamien N’Goran, Jean-Louis Billon et autres Gnamien Yao, qui revendiquent le soutien du président du parti, et qui se disent en phase avec des barons du Pdci-Rda, des Vice-présidents du parti, des membres du Secrétariat exécutif, des inspecteurs du parti, les Jeunesses (urbaines et rurales), des femmes et des membres du Bureau politique. Il ne fait l’ombre d’aucun doute sur la position de Bédié sur la question du Rhdp unifié. « L’on ne devrait plus parler de parti unifié puisqu’il s’agit, dorénavant du Rhdp… Le Pdci-Rda n’organisera pas de congrès pour le parti unifié, mais tiendra, très bientôt, une réunion du Bureau politique pour ratifier l’accord politique signé le 16 avril dernier par les partis membres du Rhdp », a confié Bédié, au Nouveau Réveil, dans sa publication du mardi 22 mai 2018. L’ancien chef de l’État, déchu par un coup d’État en 1999 et dont la probable candidature à la présidentielle de 2020 se murmure dans les chancelleries occidentales, a tenu à rassurer ses militants quant à la candidature du Pdci-Rda en 2020 à la présidentielle. « Le Pdci-Rda aura son candidat en 2020 en espérant que les autres nous soutiendront comme nous les avons soutenus. Ce devrait être le retour de l’ascenseur », s’est-il fendu. Allusion directe et appel adressé au Rdr Pour ce qui concerne les élections locales à venir, pour Bédié, le fait d’aller en Rhdp n’exclurait pas, de facto, des compétitions ouvertes entre cadres de cette coalition dans des localités où le consensus échouerait. « Depuis 2010, nous y sommes allés en Rhdp. Nous devons donc aller à ces élections annoncées également en Rhdp. Par contre, là où il n’y aura pas de consensus, les candidats seront en compétition» », a tranché le prince du Nambè.

F.R

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici