Côte d’Ivoire-Daoukro/20 responsables d’Ongs formés aux techniques de promotion et de protection des droits de l’homme

0
643

Côte d’Ivoire-Daoukro/20 responsables d’Ong formés aux techniques de promotion et de protection des droits de l’homme
Des responsables d’ONG, 20 au total, ont été formés aux techniques de promotion et de protection des droits de l’homme. C’était ce lundi 04 juin 2018 au siège de la commission régionale des droits de l’homme. Cette importante activité a été couplée avec celle de la mise en place du forum régional de promotion et de protection des droits de l’homme. Denis Koffi A. commissaire national aux droits de l’homme, chargé des régions de l’Iffou et du Moronou, a dit être à Daoukro dans le cadre d’une mission autorisée par la présidente nationale des droits de l’homme de Côte d’ivoire, avec pour objet d’animer un atelier de renforcement des capacités des commissaires régionaux des droits de l’homme et aussi des responsables des Ongs. Afin de permettre à ceux-ci d’être plus efficaces sur le terrain pour l’exercice de leur mission. Continuant il a rappelé que cet atelier a été également le lieu de lancer le forum régional des droits de l’homme qui est un espace d’échanges qui a regroupé tous les acteurs du processus des droits de l’homme dans la région, à savoir: les commissaires régionaux, les responsables des Ongs, les syndicalistes afin de réfléchir ensemble sur les thématiques majeurs en matière de droits de l’homme. Il a été aussi question au cours de cet atelier de rappeler les connaissances de base en matière des droits de l’homme et qui sont pour l’essentiel les textes de référence majeure, de voir les mécanismes de protection des droits de l’homme et les instruments juridiques spécifiques de protection des droits de l’homme: cas des enfants, des femmes et des personnes en situation de handicap. À la question donc de savoir le rôle que jouera ces Ongs, le commissaire national des droits de l’homme a dit qu’il est de leur devoir d’analyser les problèmes spécifiques de la région de l’Iffou en matière de droits de l’homme, mais nous, nous les approchons pour leur donner les instruments qu’il faut. Et plus loin, il dira qu’en matière de droits de l’homme, ce ne sont pas les violations qui sont vues en tant que problèmes, mais les dispositions qui existent pour corriger, les violations, il en aura en tout lieu et à tout moment, mais s’il n’existe pas de dispositions, le problème en matière de droits de l’homme ne sera pas résolu. En terme de satisfaction sur cet atelier, le commissaire national reste convaincu, que quand on vient dans une structure de défense de droits de l’homme, on vient parce qu’on porte en nous les germes de défense des droits de l’homme. Et une fois que les dispositions et outils sont mis en leur portée, les défenseurs de droits de l’homme ne croisent pas trop grandes difficultés. Pour finir, il a rappelé que la Côte d’ivoire est l’un des premiers pays à ratifier la loi sur la défense des droits de l’homme.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici