Côte d’Ivoire/La lutte contre le travail des enfants dans la cacao culture évaluée à Abidjan

0
615

En sa qualité de présidente du comité national de surveillance des actions de lutte contre le travail des enfants, la première dame Dominique Ouattara a ouvert le mardi 18 juillet 2018, la 8ème réunion annuelle du groupe de coordination des actions de lutte contre le travail des enfants dans la cacao culture. Il s’agit de le première rencontre du genre en Côte d’Ivoire. Sont présents à cette rencontre de hauts représentants Américains et Ghanéens ainsi que de l’industrie du cacao et du chocolat. Elle durera trois jours pendant lesquels les participants vont plancher sur l’intensification des moyens de lutte contre le travail des enfants dans la cacao culture en Côte d’Ivoire et au Ghana. L’Organisation internationale du travail, (OIT) dénombre 72 millions d’enfants travailleurs en Afrique subsaharienne, 85% de ces enfants exercent dans les filières agricoles telles que le cacao. Une situation alarmante que combat depuis 2010 le groupe de coordination des actions de lutte contre le travail des enfants dans la caca culture en Côte d’Ivoire et au Ghana. Chaque année, les deux parties soutenues par le gouvernement américain, l’industrie cacaoyère et la société civile tiennent une réunion. Et cette année, c’était le tour de la Côte d’Ivoire. Objectif, passer en revue les efforts déployés en vue d’éradiquer le travail des enfants. Pascal Abinan : << Chaque année, grâce à la coordination, nous enregistrons des progrès notables vers l'atteinte de nos objectifs communs, qui est celui de réduire de 70% les pires formes du travail des enfants dans le secteur du cacao au Ghana et en Côte d’Ivoire, à l'horizon 2020 >>. Notons que le gouvernement américain a décaissé dans cette lutte plus de 7 milliards. Un geste salué par Dominique Ouattara. << Eliminer le travail des enfants dans la chaîne de production du cacao dans nos pays, n'est ni un slogan, ni une simple déclaration de principe. Il s'agit d'une réponse collective qui requiert un engagement fort et la détermination de tous les acteurs impliqués. Le double objectif recherché est de garantir tout d'abord la durabilité de notre économie cacaoyère, mais surtout de protéger nos enfants et de leur assurer un avenir meilleur …>>. Elle plaidera pour la recherche de nouveaux partenariats qui permettront d’étendre la lutte à l’ensemble de la sous région. Mettre fin au travail des enfin d’ici 2025 est l’objectif clé visé par le groupe de coordination des actions de lutte contre le travail des enfants dans le secteur du cacao.

Fondio.R

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici