Côte d’Ivoire-Secteur éducation/Au tour du Synesci de menacer à la reprise

0
923

Le retour des congés de Noël et du nouvel an pour voir l’école connaitre des soubresauts dans le secondaire public si rien n’est fait pour que les choses n’en soient pas ainsi. En effet, l’un des plus grands syndicats d’enseignants monte le ton après plusieurs revendications que ne semble pas prendre en compte le gouvernement.

« Le gouvernement, a, lui-même, déchiré la trêve sociale en ne donnant aucune suite à nos incessants appels à la concertation. Pour preuve, nous avons sollicité une audience avec la ministre de l’Education nationale, Kandia Camara, le 1er octobre, puis le 2 novembre 2018. Sans suite.

 Nous avons demandé une audience au ministre de la Fonction publique, le 21 novembre. Là, encore, aucune réponse. Saisie également le 21 novembre 2018, la Primature nous a réservé un silence méprisant », s’est plaint Ekoun Kouassi, élu lors du congrès de septembre 2018 présidé par la ministre Kandia Camara. « Par ces faits, nous considérons que le gouvernement a violé le protocole d’accord portant trêve sociale du 17 octobre 2017. Si les autorités ne répondent pas à nos demandes d’audience, on ne peut pas discuter alors que le protocole consacre le dialogue en son article 5 pour les revendications spécifiques nouvelles’ », faisait remarquer le successeur de Siaka Traoré.

Voici les points de revendications, que l’actuel leader du Synesci a évoqués : la revalorisation de l’indemnité contributive au logement de 50.000 F à 200.000 F CFA, le remboursement des souscripteurs du projet immobilier Sophia et le remplacement des tableaux noirs par ceux blancs avec marqueurs. Ses camarades,  qui ont enjoint le bureau exécutif national qu’il préside, de déposer un préavis de grève dès le lundi 7 janvier 2019, réclament également la revalorisation des primes des examens scolaires ; l’application effective de l’intendance intégrée ; la réhabilitation des salles et toilettes des professeurs ; le paiement des 5 mois d’arriérés aux enseignants et l’application effective du référentiel des métiers concernant les grades A5, A6 et A7.

Plusieurs mesures sont envisagées par les enseignants en vue de faire aboutir leurs revendications. Entre autres des arrêts de travail, la rétention des notes, et une nouvelle trouvaille appelée la semaine du silence qui consiste pour les enseignants, une fois par semaine, notamment chasue mercredi, d’être présents dans les classes szns dispenser de cours.

Ekoun Kouassi et ses camarades semblent bien décidés à mener leur combat.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici