CPI/Le passeport seul ne suffira pas à Laurent Gbagbo pour rentrer en Côte d’Ivoire

0
71

Les autorités ivoiriennes sont favorables à l’établissement d’un passeport à Laurent Gbagbo, un document qui lui permettra de se déplacer en dehors de la Belgique. Et éventuellement rejoindre la Côte d’Ivoire, son pays. Mais cela ne devra se faire qu’en conformité avec des procédures imposées par la justice internationale.

C’est désormais une question de jours. L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo rentrera en possession de son passeport. La démarche introduite par ses soins, auprès de l’Ambassade de Côte d’Ivoire son pays, à Bruxelles où il est en résidence surveillée, pour l’établissement de ce document, est en bonne voie. Mais cela ne devrait pas pour autant exempter Laurent Gbagbo des conditions à  remplir pour avoir la possibilité de quitter la Belgique.

Selon le confrère français,  Jeune Afrique, l’ancien dirigeant ivoirien a rempli les formalités pour l’obtention de son passeport. Une délégation du ministère ivoirien des Affaires étrangères s’est rendue en Belgique afin de relever les empreintes et prendre la photo de l’ex-Chef de l’Etat. Toute chose qui s’inscrit dans la procédure standard pour la délivrance d’un passeport. Ce document, une fois obtenu, devrait lui permettre de se déplacer en dehors de la Belgique conformément à la décision d’assouplissement des restrictions de liberté, prise par la Cour pénale internationale (CPI).

Cependant, cette liberté de déplacement ne sera pas automatique. Elle se fera suivant une procédure établie par la CPI. Depuis le jeudi 28 mai, la justice internationale dans son communiqué d’allègement des restrictions de liberté de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé fraîchement  acquittés en a fixé de nouvelles.

La CPI exige que tout déplacement de l’ex-dirigeant ivoirien et du ministre Blé Goudé, ne doit se faire que dans les 123 pays membres du statut de Rome qui régit le fonctionnement de la CPI. La Côte d’Ivoire étant membre de la CPI, elle est éventuellement une destination pour Laurent Gbagbo et l’ancien ministre de la Jeunesse.

Mais, il faudrait que les concernés (Gbagbo Laurent et Blé Goudé) fassent une demande de déplacement dans l’un ou autre de ces pays, à la CPI. À son tour, la Cour elle-même traduira cette demande au pays concerné pour s’assurer qu’il accepte de les recevoir. Après quoi, l’autorisation sera donnée pour le déplacement.

En outre, la CPI a maintenu la restriction d’expression. En d’autres termes, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ne peuvent pas s’exprimer au sujet de l’affaire qui est toujours en cours devant la Cour pénale internationale. Et les deux acquittés devront se présenter à la Cour chaque fois qu’ils seront convoqués  dans le cadre de la procédure d’appel fait par le bureau de la procureure Fatou Bensouda.

Avec 7.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici