L’actualité nous oblige encore à parler de la déclaration du chef de l’État, Alassane Ouattara relative à sa candidature : « …..Comme je vois des hésitations au niveau de certains de ma génération, c’est pour ça que je n’ai pas encore pris ma décision. Mais il faut qu’ils comprennent que notre temps est passé et que nous devons tous nous mettre de
côté….S’ils décident d’être candidats alors moi aussi je serai candidat……. »,

C’était lors du meeting de clôture de la visite d’État le samedi 30 novembre dernier à Katiola chef-lieu de la région du Hambol. Ces paroles fortes du chef de l’État n’ont fait et continuent de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Tant la question de sa candidature et celle de ses prédécesseurs à l’élection présidentielle de 2020 préoccupe aussi bien les ivoiriens que la communauté internationale.

Il suffit de jeter un coup d’œil dans la presse du weekend dernier pour s’en rendre bien compte. Si certains saluent cette position, d’autres la critiquent sèchement évoquant la constitution sans être constitutionalistes pour autant.

Pour notre part, à Ivoirecho, et là nous sommes en phase avec le numéro un ivoirien, nous avons eu raison très tôt de dire « les vielles personnes quittez »

c’est aussi une invite évidente au président Henri Konan BEDIE et au président Laurent GBAGBO de comprendre la nécessité de laisser la place à génération plus jeune. En le disant le président OUATTARA est en
phase avec bon nombre d’ivoiriens qui veulent qu’on sorte du fétichisme du trio ADO, GBAGBO, BEDIE. Comment solutionner cet épineux problème ? Pourquoi ne pas penser à un référendum sur la question pour résoudre cette question qui serre la gorge ?

Si un tel scénario se présentait et que le vote donne le « oui », alors on dira que « palabre est fini » piur coller à la vérité de la rue chez nous. Sans avoir réalisé un sondage dans ce sens, je puis présager que le « oui » l’emportera et la Côte d’Ivoire ne s’en portera que mieux. Le Président Ouattara le confesse lui même. Que les autres lui emboîtent le pas en rompant le silence sur cette question qui trouble le silence des ivoiriens.

Gnakouri Tostao

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici