Etats Unis/Le meneur de l’attaque du Capitole arrêté

0
94

Il est le chef de la milice d’extrême droite Oath Keepers. Lui, Stewart Rhodes,  et 10 de ses membres ont été inculpés pour sédition.

C’est un développement majeur dans l’enquête sur l’assaut du Capitole du 6 janvier 2021. Le fondateur et leader de la milice d’extrême droite Oath Keepers, Stewart Rhodes, et dix autres membres, ont été inculpés mercredi pour sédition, a annoncé le ministère de la justice ce jeudi. Rhodes, un ancien parachutiste de l’armée américaine âgé de 56 ans arrêté jeudi au Texas, et ses acolytes sont accusés d’avoir participé à une « conspiration » pour « s’opposer par la force au transfert pacifique du pouvoir présidentiel ».

Il s’agit de la charge la plus grave retenue à ce jour contre les 725 personnes inculpées pour leur participation à l’attaque contre le Congrès américain lors de la certification des résultats de la présidentielle de novembre 2020. Elle est passible d’un maximum de 20 ans de prison.

Ces miliciens sont accusés de s’être « organisés et coordonnés » dès la fin décembre. « Ils ont organisé les transports depuis tout le pays vers Washington, se sont équipés de toutes sortes d’armes, vêtus de tenues de combat et ils étaient prêts à répondre aux appels aux armes de Rhodes », selon l’acte d’accusation.

Stewart Rhodes, qui a fondé les Oath Keepers en 2009, était près du Capitole mais n’a pas pénétré à l’intérieur. Selon le ministère de la Justice, il a toutefois supervisé l’action du groupe via une app de communications cryptées. Quatre membres déjà inculpés coopèrent actuellement avec les autorités en échange d’une peine plus clémente.

« Combat sanglant »

Dans le détail, le groupe s’est organisé via l’appli Signal dès le 7 novembre, deux jours avant l’élection, et s’est préparé à « un combat sanglant » dans l’éventualité d’une victoire de Joe Biden, selon des communications obtenues par la justice. Appareils de vision nocturne, fusil à pompe, fusil semi-automatique, munitions, trépied… Entre la fin décembre et début janvier, Stewart Rhodes a acheté pour plus de 20.000 dollars d’armes et d’équipement militaire. Les deux groupes qui ont pénétré à l’intérieur du Capitole n’étaient pas armés, mais une « unité de réponse rapide » se trouvait à proximité, dans un hôtel voisin où les armes étaient stockées.

Reste désormais une question majeure : Donald Trump ou son entourage étaient-ils au courant de ces préparatifs. Selon le New York Times, le leader de la milice a notamment communiqué avec le complotiste Alex Jones pour lui dire qu’il avait des hommes se tenant prêts à Washington pour agir sur ordre de Donald Trump. Et le 6 janvier, d’autres membres d’Oath Keeper ont assuré la sécurité de l’ex-conseiller de la campagne de Trump, Roger Stone. Ce dernier avait été entendu mi-décembre par la commission d’enquête parlementaire. Il avait refusé de répondre, s’abritant derrière le 5e amendement sur le droit à ne pas s’incriminer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici