Justice/Le frère de Blaise Compaoré sera-t-il extradé ?

0
648

François Compaoré mis en cause dans l’enquête sur l’assassinat en 1998 du journaliste
Norbert Zongo, refuse son extradition vers son pays. Mais un élément nouveau pourrait ne pas jouer en sa faveur. Il s’agit de l’abolition de la peine de mort au Burkina Faso. Ce mardi 13 juin, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris va statuer sur son cas. Il avait en effet effet été arrêté dans la capitale française suite à un mandat d’arrêt émis par le pays des hommes intègres.

Si lors de l ’audience du 28 mars dernier, les avocats de François Compaoré avaient pointé du doigt les failles du dossier et dénoncer une procédure politique, ils avaient aussi dit craindre que la peine de mort ne s’applique à leur client.
Un point essentiel, car la France refuse d’extrader les ressortissants passibles d’une telle peine dans leur pays. Or le Burkina Faso vient justement de l’abolir le 31 mai dernier par un vote de l’Assemblée nationale sur le nouveau code pénal.
Est-ce là une mesure destinée à favoriser l’extradition de François Compaoré ? « Oui », aux yeux de Pierre-Olivier Sur, l’un de ses avocats. « L’évidence, estime-t-il, est qu’il s’agit d’une décision politique et qu’elle intervient huit jours avant le délibéré ». L’avocat se dit néanmoins confiant dans la décision de la chambre de l’instruction.
Du côté de la famille de Norbert Zongo, on estime en revanche que plus rien n’empêche désormais l’extradition du frère du président. « L’équivoque est levée, juge le frère cadet du journaliste assassiné, je ne vois plus d’argument possible qui tienne pour entraver la venue de François Compaoré devant le juge d’instruction ».
L’abolition récente de la peine de mort au Burkina Faso fera-t-elle alors pencher la balance dans le sens de l’extradition ? Réponse attendue à la mi-journée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici