Koumassi-Remblais/La soirée en amoureux finit mal

0
2264


Professeur d’Éducation physique et sportive, (Eps) au lycée municipal de Marcory, celui que nous appellerons Cyrille, entretenait des relations amoureuses avec Mademoiselle Effoh Marcelle en classe de terminale dans le même établissement, bien qu’étant fiancé. Leur relations duraient déjà plusieurs mois. Et le jour de la fête de travail, donc le 1 er mai 2018, le prof décide de passer une nuit d’amour avec sa dulcinée. Mais cette nuit sera hélas, la dernière pour l’élève de terminale qui avait fini par succomber aux avances du professeur, qui avait eu le temps de la contempler en tenue de sport. Il avait alors vite été séduit par le charme de son élève de 19 ans, au point d’oublier qu’il était fiancé à une autre toute aussi belle femme en deuxième année à l’Institut national de formations des agents de la santé, (Infas). Cyrille profitait de l’absence de sa fiancée qui ne vivait pas pour le moment sous son toit, pour la faire venir chez lui, à la maison, à l’appartement d’un immeuble au quatrième étage, à Marcory-Remblais/Abidjan. Ainsi, les deux amants passaient des nuits amoureuses comme on peut les imaginer. Cela devait être le cas ce 1 er mai 2018, car Marcelle avait réussi à rejoindre son amant aux environs de 21 heures. Embrassades, câlins et caresses sont au menu quand des tapes se font entendre à la porte. Il n’ y a pas de doute, c’est la fiancée. Cyrille essaie maladroitement de se maîtriser et tente de détendre l’atmosphère. La jeune fille a une idée ingénieuse. Elle propose à son amant de se communiquer par SMS au téléphone, pour éviter que la fiancée entende leurs voix. Mais les tapes à la porte persistent. Alors le prof a une autre solution. Celle de faire passer son amante du 4ème étage au 3ème. Le premier obstacle est presque franchi par la jeune fille, qui voulant s’appuyer sur le garde-corps du troisième étage, panique et chute dans une cour. Le professeur devine la gravité de l’heure. Il sort furtivement de sa maison et n’a pas le temps de s’occuper de sa fiancée assise devant la porte. Il descend les marches de l’escalier pour aller s’enquérir de l’état de Marcelle qui agonise. Il est rejoint par sa fiancée. Cyrille transporte Marcelle au Chu de Treichville. Trop tard. Marcelle est morte. Il est 1 heure du matin. Le professeur prend le portable de son amante pour alarmer la famille. « J’ai tué votre fille. Par ma faute, votre fille est morte. J’ai tué Marcelle ». La famille se rend au Chu, de même que des collègues du professeur qui choisit de se rendre aux forces de l’ordre avec sa fiancée. La nouvelle fait vite le tour de la commune et arrive au lycée avec plusieurs versions. Certaines de ces versions amputent la mort de Marcelle à la fiancée du professeur qui l’aurait poussée du haut du quatrième. Il n’en fallait pas plus pour que les élèves manifestent bruyamment provoquant une suspension des cours jusqu’au jeudi 3 mai. Mais après audition, la fiancée a été libérée le samedi 5 mai par les forces de l’ordre. Quant au professeur, il a été écroué et risque de perdre son emploi. Effoh Marcelle, elle, ne répondra pas présente aux épreuves orales et écrites du baccalauréat session 2018.

F’R

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici