Le Sénégal organisera les Jeux olympiques de la jeunesse 2022

0
624
Senegal's President Macky Sall and International Olympic Committee (IOC) President Thomas Bach, alongside mayor of Dakar Soham El Wardini, pose after signing the contract for 2022, when Senegal will host the Youth Olympic Games, at the 133rd IOC session in Buenos Aires, Argentina October 8, 2018. Natacha Pisarenko/Pool via REUTERS - RC11C1E94180

Le Comité international olympique (CIO) a désigné le Sénégal comme hôte de la 4e édition des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ 2022), ce 8 octobre 2018 à Buenos Aires. Les villes de Dakar, Diamniadio et Saly devraient accueillir les compétitions de cet événement réservé aux athlètes âgés de 15 à 18 ans. Les autres candidats étaient le Botswana, le Nigeria et la Tunisie.

Les tous premiers Jeux olympiques sur le continent africain se dérouleront au Sénégal en 2022. Ainsi en a décidé le Comité international olympique (CIO), à l’occasion de sa 133e session, ce 8 octobre 2018 à Buenos Aires. La candidature sénégalaise a été préférée à celles du Botswana, du Nigeria et de la Tunisie, sous les yeux du chef de l’Etat Macky Sall, pour accueillir les Jeux de la jeunesse (JOJ).

C’est évidemment tout sauf une surprise. Après Singapour 2010, Nankin 2014 (Chine) et Buenos Aires 2018, le CIO avait décidé en février 2018 que l’Afrique organiserait cette 4e édition des JOJ. Et en septembre dernier, la commission exécutive du CIO avait recommandé aux électeurs la candidature sénégalaise, estimant que le Sénégal proposait « le projet le plus solide ».

« Le Sénégal a une large population de jeunes et voit les JOJ comme un catalyseur pour mobiliser ceux-ci et développer le sport et la politique de la jeunesse dans le pays », ajoute le CIO dans un communiqué, ce lundi.

« Les interventions dans la salle ont confirmé que toute l’Afrique et le monde soutiennent le Sénégal », a confié Mamadou Diagna Ndiaye, président du Comité national olympique et sportif sénégalais (CNOSS) ravi du choix du CIO, au micro du correspondant de RFI en Argentine, Jean-Louis Buchet. « Je pense très sérieusement que cela va être un bond qualitatif », ajoute-t-il, espérant que cet événement majeur décourage les jeunes Sénégalais candidats à l’exil dangereux: « Il faut essayer de bâtir des académies de sport, et non pas des murs d’exclusion, sur les villes à littoral, pour les inviter à rester dans leur pays. »

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici