Oui et oui. Nous allons oser le dire. Les vieilles personnes quittez. A mesure que 2020 approche, les regards sont tournés vers les trois loups de la politique en Côte d’Ivoire. Seront-ils candidats, ne seront-ils pas candidats ? Mais avec une approche propre à lui, chacun lorgne et affûte dans le silence ses armes. Mais nous nous disons les vieilles personnes quittez. Monsieur le Président, nous avons applaudi et dansé lorsque vous avez affirmé vouloir laissé la place à une jeune génération en 2020. Mais aujourdhui, nous nous posons des questions eu égard à certains de vos propos: « Je me prononcerai au moment opportun » ou encore « Je ferai ce que mon parti me demandera de faire », « J’ai un bilan à défendre »…Monsieur le Président, que se passe-t-il ? Avez-vous retourné votre langue ? Quant à vous, ancien allié de l’actuel tenant du pouvoir, vous vous voyez déjà au perchoir en 2020. Alors que vous disiez avoir rompu avec votre ex allié pour son refus de passer la main à une jeune génération de militants de votre parti. Depuis vous montrez peu à peu votre dos nu dans la piscine politique de la Côte d’Ivoire. Mais à la vérité que pouvez-vous encore, vous qu’on a déjà vu au pied du mur ? Oui vous avez commencé à faire tomber le masque avec votre série d’interviews de ces derniers temps. Nous avons compris que vous vous y sentez déjà. Mais votre candidature est-elle aussi inattaquable que veulent vous le faire croire les Guikahué et autres ? La réponse est simple. Votre candidature serait même surréaliste et beaucoup de cadres au PDCI seraient les premiers à s’en étonner, s’en offusquer, voir la combattre. Vous n’êtes plus jeune. Vous avez 85 ans, le plus vieux des trois dinosaures de la politique ivoirienne que vous constituez avec l’un (77 ans) et l’autre (74 ans). Dites nous, comment fait-on pour faire du neuf avec du très vieux ? Des langues nous disent que votre son bilan du temps de vote règne sans partage sur la Côte d’Ivoire est le plus désastreux du cercle à trois que vous constituez. Discutable. Sachez pendant qu’il est encore temps q’il ne suffira pas d’arracher la caution de votre nouvel allié et des frustrés de la Soro-Gang pour traverser Abidjan pour aller vous intalker sur l’œuvre des architectes Pierre Dufau et Jean-Maurice Lafon qui sert de palais présidentiel au chef de l’État ivoirien. Simple rappel: le prisonnier de la Haye disait : « Tu ne vois pas à 200m, tu dis donnez-moi le volant. Or tu as déjà démontré que tu laisses 6000 milliards de dettes. C’est-à-dire que lorsqu’on t’a donné la voiture, tu nous as amenés dans un mur. Ivoirité ici, l’endettement là…» Non ne comptez pas sur votre nouvelle amitié pour espérer échapper à des questions centrales qui vous seront soumises le moment venu. Nous pensons entre autres au ténébreux concept de l’ivoirité, de la nationalité… Et pour vous, le plus jeune ? Que d’espoir déçu ! Votre passage au trône rime avec la tuerie, la gabegie, le viol, la paresse…Mais oui, vous étiez le plus gentil des trois. Hélas, la gentillesse n’a jamais été un programme de société. Encore « en fers » à la CPI, il serrait sage de renoncer à vos ambitions personnelles et penser aussi à un jeune. Nous prions d’abord que vous regagniez la terre ivoire en bonne santé. Pensez à unifier votre famille au lieu de préférer un clan par rapport à l’autre.

Pour vous dire les « gbêhs », songez vous trois là, à jeter dans la marre, vos jeunes loups. LES VIEILLES PERSONNES QUITTEZ

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici