NIANGBO/ LA COMMUNAUTÉ CHRÉTIENNE CATHOLIQUE FAIT SON APPARITION POUR LA PREMIÈRE FOIS. Des fidèles baptisés, une église en construction.

0
140
Exif_JPEG_420

C’était chose utopique, que de parler de communauté chrétienne catholique à Niangbo (4km du chef lieu de la sous-préfecture de Arikokaha). Du moins avant Mercredi 19 Août 2020, date qui a marqué l’avènement de ladite religion dans la localité, avec la célébration de baptême de cinq (5) fidèles. Mieux pourrait-on dire, la cérémonie s’est déroulée sur le site où l’église du village est en construction. Un village dont l’essentiel de la population est musulmane, à en croire les témoignages.

Le baptème des fidèles chrétiens catholiques de Niangbo du Mercredi dernier a été officié par le père Félix N’Gapélé Coulibaly, Curé de la paroisse Saint-Joseph de Niakara. C’était en présence du père Tolêh Thierry Koné, natif de ladite localité et tout premier chrétien catholique de Niangbo.

Aussi environ 300 personnes de toutes confessions religieuses confondues ont pris part à l’événement avec la présence remarquée des chefs de villages de Niangbo et d’Arikokaha, respectivement musulman et chrétien catholique. Selon les informations en notre possession, l’avènement du catholicisme à Niangbo n’a pas été facile dans la mesure où toute la population était d’obédience musulmane.

Dans son adresse, le père Félix N’Gapélé Coulibaly a rappelé les vertus du sacrement de baptême et les a exhorté à envisager désormais la vie dans la dynamique de la morale chrétienne caractérisée par l’amour et le pardon, car a-t-il dit « obtenir le baptème, c’est naître à nouveau ». Expliquant les difficultés de la nouvelle vie du baptisé, le père Félix a recommandé le soutien mutuel entre eux, tout en leur demandant de « s’efforcer à être de bons chrétiens ».  Pour le curé de la paroisse de Niakara, les « nouveaux nés » doivent mettre leur confiance en dieu et ne plus avoir peur. La célébration du baptême a été accompagnée de la bénédiction nuptiale pour les quatres femmes admises au baptême traduite par le mariage naturel.

Exif_JPEG_420

Pour l’occasion, les maris qui ne sont pas catholiques, ont été invités aux côtés de leurs épouses. Pour sceller définitivement la nouvelle vie des cinq(5) membres honorés de ladite communauté, la première communion leur a été accordée et un cadeau constitué d’une croix, d’un chapelet, d’un tableau à l’effigie de la vierge Marie et d’une bible, a été remis à chacun par le curé. Le père Tolêh Thierry Koné, le principal artisan de  l’implantation du catholicisme à Niangbo qui était jusqu’à ce jour le seul baptisé, s’est réjoui de l’évolution de la situation dans son village. Il a souhaité l’agrandissement de cette famille, les années à venir. Il a encouragé les siens pour leur engagement pour le chemin choisi. Pour lui, il reste totalement disponible pour tout soutien à la communauté naissante à Niangbo.

Notons qu’il est demandé aux bonnes volontés d’aider à l’achèvement de l’église en construction. Pour la circonstance, un cahier est ouvert pour l’enregistrement des dons. La première célébration de baptême dans le village de l’abbé Tolêh Thierry Koné a enregistré outre la présence du curé, celle de Cinq(5) autres membres du clergé dont Koné Gninlkan Gaston,  Gninlgafolo Alain, Ouattara Kiyèlè Aristide, Koné Gabriel et Koné Ouédjéyo Frédéric.

Cette journée du Mercredi 19 Août 2020 s’est achevée dans la liesse populaire dans une ambiance festive au son des sonorités chrétiennes.                      Assemian Navenko

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici