Procès du putsch manqué/Le Burkina suspendu à la décision du tribunal

0
568

Dans l’attente de la décision du tribunal dans le procès du putsch manqué au pays des hommes intègres, deux positions se distinguent. Ilny a ceux qui ont reconnu clairement leur participation à l’arrestation et la séquestration des autorités de la transition devant le tribunal et ceux rejettent simplement toutes les accusations portées contre eux.

Le procureur quant à lui, avait requis la prison à vie contre les présumés commanditaires du coup d’État.

Maitre Guy Hervé Kam, l’un des avocats des victimes, se dit satisfait de la tenue même du procès, que certains n’imaginaient pas. « La décision du tribunal qui va intervenir, ce sera sans doute pour apaiser les cœurs car tout le monde sait déjà la vérité », soutient-il.

Du côté de la défense, c’est l’apaisement qui est également prôné. « Nous osons espérer qu’il sortira de ce procès une décision vraiment empreinte de raison pour apaiser tous les cœurs » dit maitre Zaliatou Aouba.

Quant aux partisans du général Djibril Bassolé, contre lequel le parquet militaire a requis la prison à vie, ils dénoncent toujours un procès politique. « Nous espérons que le tribunal en toute impartialité saura dire le droit, uniquement le droit », souligne un responsable de la Nafa, le parti qui soutient l’ex-patron de la diplomatie burkinabè.

Les soutiens du général Gilbert Dienderé sont sur la même longueur d’onde que Me Hermann Yaméogo, l’un des accusés. « La place du général Diendéré n’est pas en prison, mais au front pour lutter contre le terrorisme », avait-il martelé lors de sa dernière prise de parole devant le tribunal.

Avec rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici