SAKASSOU/Le réconfort et la compassion du ministre Sidi Touré aux populations après les événements douloureux de la crise post-électorale

0
812

Le ministre Sidi Tiémoko Touré est allé apporter sa compassion et son réconfort au peuple Walèbo et aux autres communautés vivant à Sakassou après les tristes événements survenus au lendemain de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte de la préfecture de Sakassou en présence de nombreuses populations, des dignitaires religieux, des têtes couronnées et le corps préfectoral.

« M. Le ministre, Sakassou a vécu des heures difficiles le 31 octobre et le 1er novembre. Il y a eu des affrontements qui ont engendré beaucoup de blessés dans les deux camps. Dieu merci et je vous le dis, il n’y a pas eu de morts. Nous avons eu 89 blessés dont 03 graves évacués sur Bouaké, mais sont de retour aujourd’hui. Tous les blessés ont été pris en charge à l’hôpital de Sakassou et CHU DE Bouaké. Les frais liés à leurs soins ont été remboursés grâce à des cadres et bonnes volonté de Sakassou. C’est sur les réseaux sociaux que nous avons appris qu’il y a eu des morts à Sakassou. Les dégâts matériels sont énormes. 158 personnes ont été enregistrées comme étant des victimes de dégâts. Je voudrais dire merci à tous ceux qui ont contribué au retour de la paix. Merci M. Le ministre pour vos efforts pour la paix », a dit le préfet de Sakassou, Coulibaly Gando qui venait de dresser le vrai tableau de la crise dans le Walèbo.

Nanan N’guessan Kouassi Djea, chef du village de Kpetebonou, porte parole des chefs traditionnels à demandé à tous, au nom de ses pairs de mettre balle à terre. Avant son intervention il a dit merci aux 172 chefs de Sakassou.

« Pardon à tous, pardon au malinké, pardon aux baoulé. N’ayons pas un esprit de vengeance. Continuons de vivre ensemble comme s’il n’y avait rien eu. Allons à la paix et cultivons le vivre ensemble parce que ce qui nous unit est plus solide que ce qui doit nous diviser », a-t-il imploré.

Au nom de la communauté malinké, Traoré Siaka, à emprunté également la voie du pardon par le proverbe qui veut que « quand on a été blessé par son couteau, on ne le jette pas. Même si la blessure fait mal, on essuie son couteau et on le range. Nous avons trébucher, nous sommes tombés, mais l’important c’est qu’on se relève pour continuer la marche ».

Sidi Touré dans sa prise de parole a salué la présence de M. Ahoutou Emmanuel, directeur de cabinet du premier et de l’ensemble des populations avant

« Nous sommes riches de notre diversité à Sakassou. Rien ne peut justifier les les affrontements qui ont eu lieu ici. Ceux qui vous ont montés les uns contre les autres sont où aujourd’hui ? Vous savez de qui je parle. Plus jamais vous ne devez écouter ces oiseaux de malheur qui ne luttent que pour leurs intérêts. Combien de personnes allez-vous tuer aux législatives, municipales, Sénatoriales, Conseils régionaux », va-t-il s’interroger avant de citer de nombreux inconvénients des barrages de routes. Entre autres, la mévente des produits agricoles, la mort de personnes  malades faute d’évacuation… À propos du pardon il dira:

« Oui il y aura pardon, mais la justice doit faire son travail avant pour situer les responsabilités. Il ne faut pas cultiver l’impunité. Arrêtons tous ces comportements qui ne nous apportent pas le développement. Vous avez appris mon histoire lorsque je rentrais sur Bouaké après l’élection. J’ai pardonné. Tout cela est derrière nous. Ceux qui ont été blessés, qui ont connu des dégâts, je vous demande de faire comme moi. Soyez rassurés tous les projets de développement initiés par le Président Alassane Ouattara vont se poursuivre à Sakassou ». Propos qui ont soulevé un tonnerre d’applaudissements.

La cérémonie à pris fin par la présentation des dons du ministre aux populations, dont une part importante aux blessés, par Toto Kouadio Yves, conseiller de la jeunesse auprès de la reine, Nanan Akoua Bony. 

 JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici