Santé/ Qu’est ce que la Fistule obstétricale

0
1611

La Côte d’Ivoire, à l’instar des autres pays de la planète, a commémoré la journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale (FO) ce mercredi 23 mai 2018. La Fo est la perforation de la paroie vaginale qui communique avec la vessie ou le rectum. Selon l’Organisation mondiale de la santé, (Oms), plus de 2 millions de jeunes femmes vivent avec une Fo non traitée en Afrique subsaharienne et en Asie et chaque année l’on enregistre entre 50.000 à 100.000 nouveaux cas, surtout chez des femmes pauvres vivant dans des cultures où le statut et l’estime de soi d’une femme peuvent  être entièrement liés à son mariage ou à sa capacité d’enfanter. En Cote d’Ivoire, il n’y a pas de statistiques officielles, mais la maladie existe bel et bien. Comment se manifeste-t-elle ? Une femme raconte sa mésaventure. << Au début, le pis pis venait un peu un peu. J’ai pensé à une infection. Je me suis donc rendue à l’hôpital. Après m’avoir examinée, le médecin a dit que ce n’était pas une infection. J’ai pensé au diabète. Ce n’était pas non plus le diabète.. Mais la maladie allait de mal en pire. Les médecins ont voulu m’opérer à 300.000 F CFA. Mes parents ont réuni cette somme, mais l’opération a échoué. Il était question de refaire l’opération, mais faute d’argent, cette deuxième opération ne se fera pas. C’est alors que mon mari m’a abandonnée et j’ai été contrainte de retourner chez mon père retraité sans grands moyens. Je vivais repliée sur moi même parce que je pissais à tout moment. Je n’attendais que ma mort >>. Fort heureusement, dame K.C aura le salut grâce un un concours de circonstance. Elle fut d’abord repérée par une amie de la famille qui réussit à la mettre en contact avec Philo, l’animatrice de l’émission RTI 1 <<  C’est midi >>. K.C qui se déplaçait avec des seaux pour son pis pis sera programmée pour passer à la télévision pour expliquer son mal. Et le jour j, l’émission ne put même aller à son terme à cause de la fréquence de son pis pis. Mais elle sera prise en charge par le ministère de la protection de la Femme. C’est à la Pisam qu’elle subira une intervention et 4 mois après, K.C a commencé à retrouver sa forme. << Ça va maintenant. C’est vrai qu’il y a encore une plaie dans mon ventre, mais ça va. Avant, je pissais chaque 5 minute, maintenant c’est chaque trente minute. je dois continuer à prendre des médicaments >>, dira-t-elle. L’Oms attribue la Fo à une lésion grave et dangereuse susceptible de subvenir lors d’un accouchement, surtout après un accouchement long et difficile. Il y a aussi les mariages et les grossesses  précoces, l’excision… Les femmes qui présentent une Fo, souffrent d’une incontinence permanente. Elles ressentent de la honte et font l’objet d’un rejet par leur entourage. Mais bien souvent après leur guérison, elles sont de nouveau acceptées dans leur milieu et retrouvent bien de fois leurs maris. Dans la commune de Logoualé, à 25 km de Man, existe un centre de traitement de la Fo.dénommé (Wotrace), entendez Womens Training center. Ce centre accueille les femmes opérées de la Fo pour leur rétablissement. En Cote d’Ivoire, l’objectif est d’abord de rendre la Fo banale et ordinaire. Elle n’est pas un sort, c’est une maladie qui peut être éviter. dit-on dans le milieu de la Fo.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici