Exif_JPEG_420
Le cinquième  congrès de la société de gynécologieet d’obstétrique de Côte d’Ivoire (SOGOCI) a ouvert le Jeudi 07 Novembre 2019 ses travaux à la fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro avec la ferme ambition de transformer le problème de la croissance démographique en dividende démographique. Présidé par le ministre de la santé et de l’hygiène publique Aka Aouellé , le cinquième congrès de la Sogoci à pour thème: « Qualité des soins en santé de la reproduction»Le président de la Sogoci ,Serge Boni   a remercié les différents partenaires pour leur soutien.Pour lui ,la priorité est d’offrir des soins de qualité . Selon le président du comité scientifique, Pr Anougba Simplice , il s’agit pour eux de voir comment améliorer le système sanitaire pour la réduction de mortalité infantile adapter la croissance démographique à la croissance économique.  » Il s’agit de permettre a la population a avoir de meilleurs  soins« a expliqué tout simplement le spécialiste en santé.Présidant,  la cérémonie d’ouverture des assisses de la Sogoci, Aka Aouellé Eugène a fait observer que le poids démographique contrarie de façon « récurrente » tous les efforts de croissance et de distribution équitable de la richesse dans la majorité des pays africains, en maintenant les populations dans « le cercle vicieux de la pauvreté ». Il s’est félicitée de la tenue du congrès de la Sogoci, dont l’un des objectifs est la réduction de la pauvreté à travers une maîtrise de la démographie. « Je salue cette synergie entre les cliniciens, les scientifiques et les chercheurs, j’encourage vivement cette expérience innovante », a déclaré le ministre . Le  ministre a également souhaité que les conclusions et recommandations des travaux dudit congrès  va permettent au gouvernement de consolider les acquis et d’opérer les réformes nécessaires pour mieux orienter ses actions en vue de relever « ce grand défi de notre temps pour le bien être des populations » . Le cinquième  congrès de la Sogoci durera quatre jours autour de 07 ateliers , des  communications, des tables rondes , des conférences, des symposiums, sur des sujets liés à la santé, le cancer du sein et l’assurance maladie. Il réunit plus d’un centaine de  participants, dont des experts en gynécologie obstétrique en provenance du Bénin, du Burkina Faso, du Gabon du Cameroun, de la France, du Mali , du Tchad, du Togo et du Sénégal.                                   

NK

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici