Affaire d’intoxication alimentaire dans le Cavally/Voici toute la vérité qu’on veut cacher à la population.

0
109

Dans ces derniers jours, une affaire d’intoxication alimentaire dans la région du Cavally a enflammé la toile sur les réseaux sociaux. Certains ont même nié les faits de vive voix. Un tour dans cette région le 4 juin 2024, après un véritable parcours du combattant, nous avons pû rencontrer quelques habitants de cette partie de la Côte d’Ivoire, précisément à l’ouest de la côte d’ivoire qui nous ont donné plus de détails sur cette affaire.

En effet, selon nos sources qui expliquent, les faits sont avérés. Mais le problème, c’est la société minière qui travaille dans cette zone qui veut rouler autorités ivoiriennes dans la farine.  » Selon un riverain de cette région, répondant au nom de Tahou Maurice  » Un matin, nous avons appris qu’il y a assez de poissons morts au bord du fleuve Cavally. Mais bien avant, certains de nos frères et sœurs se sont précipités pour aller ramasser ces poissons. Sinon il y a beaucoup de ressortissants de Guiglo qui ne consomment pas les poissons de ce fleuve » a-t-il indiqué. Et de préciser qu’au moment où nous nous rendons sur les lieux pour constater les faits, il était trop tard. Beaucoup de personnes avaient déjà récupéré ces poissons pour venir en ville. Ces poissons ont même été vendus sur le marché. Et les vendeurs n’ont pas indiqué la provenance et expliqué à leurs clients dans quelle circonstance, ils ont eut ces poissons. Beaucoup de femmes en ont acheté. Et c’est le soir que nous apprenons que tous ceux qui ont consommé ces poissons ont été intoxiqués et évacués à l’hôpital général de Guiglo. C’est comme ça, nous avons appris plutard, que ces poissons ont été contaminés par les orpailleurs. Et pourtant, ici, c’est la seule société minière qui travaille dans cette région. Le soir, on nous a privé d’eau sans nous dire le pourquoi. Le lendemain, le préfet du département a lancé un communiqué demandant aux populations de la région du Cavally d’éviter de consommer les poissons en provenance du fleuve Cavally » a-t-il indiqué.

Après quoi, nous avons mis le cap sur le site minier. Selon des sources bien introduites au sein de la société minière, certains de leurs collègues auraient déversés du cyanure dans ledit fleuve sans toute fois savoir les conséquences.  » Ce sont des travailleurs de notre société qui ont provoqué cette intoxication. S’ils n’étaient pas alles déversés des produits toxiques dans le fleuve, on ne serait pas arrivé à là « , nous a fait savoir cette source qui a bien voulu garder l’anonymat.

Dans la ville de Guiglo même où nous avons passé la nuit, les commentaires et les accusations fusent de partout. Pour certains habitants, les autorités locales seraient complices de cette intoxication.  » Au départ, quand nous avons fait opposition à l’orpaillage dans notre région, ils nous ont fait croire que c’est une société légale. Elle a été autorisé par le gouvernement ivoirien. Et voilà qu’aujourd’hui, nos parents sont en train de souffrir. Chacun est obligé de se rendre au chevet de son parent. Et jusque-là, nous n’avons reçu aucune prise en charge de qui que ce soit » a-t-il martelé. Et de poursuivre en ces termes :  » Nous invitons les autorités ivoiriennes à nous venir en aide. Nous sommes épuisés financièrement » a-t-il lancé. Après avoir reçu et entendu les cris de cœur de ces riverains, nous nous pressions de quitter rapidement cette zone, surtout que certaines autorités de cette zone dont on ignore comment elles ont pu avoir notre numéro de téléphone, nous invitaient à passer les voir.

Très rapidement nous nous retournons à Duekoué. Dans cette localité, des riverains, nous font savoir que ces poissons seraient même déjà sur le marché de cette localité.  » Des gens ont fumé ces poissons pour venir les vendre sur le marché de Duekoué. Donc depuis que nous avons appris cela, nous ne faisons que payer la viande du porc en entendant que nos autorités trouvent une solution pour retirer ces poissons sur le marché  » nous a fait savoir un autre habitant de la ville de Duekoué qui dit répondre au nom de Dié M. Honoré, un ancien fonctionnaire à la retraite.

Rogard Lagnon. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici