Le marché de la ville de Béoumi a été le théâtre de violents affrontements entre jeunes Baoulé et ressortissants Malinké, suite à un accrochage entre un taxis-brousse et un taxi moto sur le site du marché hier mercredi 15 mai 2019.

Que s’est-il passé ? Sur les lieux, interrogé, un jeune sous les initiales K.T du village de Bolikro, à 5 km de la ville Beumi. « C’est le matin, il y a eu une collision entre une moto et un taxi-brousse. Le conducteur du taxi moto n’a pas apprécié la mauvaise manœuvre du chauffeur du taxi brousse. Pendant, les échanges, le ton est monté entre les deux hommes et le chauffeur de taxi-brousse s’est vu frustré. Il s’est mis à battre celui de la moto. C’est ainsi qu’un de ses amis, témoin de la scène, a accouru pour le sauver. Au cours du sauvetage ce dernier a reçu un coup de machette venu de nulle part dans la tempe. Les amis du blessé ayant appris la mauvaise nouvelle, se sont mis à attaquer les magasins et les boutiques des ressortissants de la CEDEAO et des Malinké.  Ces derniers verront leurs magasins et boutiques pillés, saccagés et incendiés ».

Ces affrontements ont fait plusieurs dizaines de blessés graves dans les deux camps. Plusieurs blessés ont été conduits aux urgences du Centre Hospitalier et Universitaire ( CHU ) de Bouaké pour des soins. Nous comptons au nombre des blessés 05 éléments des forces de l’ordre dont le commissaire de police de Béoumi Klon Adolphe.

Ce sont des jeunes gens surexcités qui se sont adonnés à cette énième barbarie dans la ville de Béoumi après celle de Marrabadiassa, il y a quelques mois. Sur le grand axe traversant la ville de Béoumi, à l’entrée par Bouaké, plusieurs jeunes Baoulé venus nombreux des villages voisins, armés de gourdins, haches, machettes et de fusils calibe 12 et le jeunes attendaient pour en découdre avec les Malinké, qui eux aussi armés pareillement étaient positionnés à la sortie. Les deux camps gonflés à bloc se regardant en chiens de faïence.

Aux environs de 16h, la tension était toujours palpable dans la ville, mais les corps habillés déployés en nombre important, assuraient la sécurité des populations.

Suite à cette barbarie, le chef canton de Béoumi, Nanan Ago Yao appelle tous les jeunes au calme. << J’appelle les uns et les autres à taire toute colère car la colère n’emmène nulle part. Nous voulons la cohésion et la paix. Les autorités sont là et ensemble nous allons résoudre ce problème >>, a t-il lancé.

Il convient de noter que contrairement à certaines annonces, il n’y a pas eu de perte en vie humaine.

O.K.O

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici