Bouaké/FRIEDRICH-EBERT-STIFTUNG et le Réseau ouest Africain en campagne de sensibilisation contre l’immigration clandestine

0
832

Dans le but de planifier des actions concrètes pour améliorer la communication et l’intégration des immigrants en Côte d’Ivoire qui enregistre plus de 5,5 millions d’étrangers soit 25% de sa population totale qui fait 23 millions d’habitants, en général et dans la région du Gbêkê en particulier, la fondation FRIEDRICH-EBERT-STIFTUNG, a organisé en partenariat avec le Réseau ouest Africain pour la Lutte contre l’Immigration Clandestine (REALIC) et la préfecture de région de Bouaké, une table ronde autour du thème : La migration aujourd’hui et autrefois face aux enjeux du foncier urbain?, le mercredi 10 avril 2019 à l’hôtel Éléphant de Bouaké. Cette journée a vu la participation d’une trentaine de personnes parmi lesquelles se trouvaient des leaders de la diaspora de la CÉDÉAO, la société civile, les ONG, les autorités locales de la région du Gbêkê et les différentes communautés au niveau local. Échanges, exposé sur les droits et la protection des immigrés en passant par des exercices de groupe à travers des questions concernant l’accueil traditionnel des étrangers, les chances mais aussi les risques qui se posent aujourd’hui, ont renchéri cette journée d’enseignement sur la migration. Aussi pour une meilleure compréhension des concepts de la migration et du foncier et leur rapport avec un développement durable, une présentation suivi d’un débat interactif entre les participants et l’animateur était à l’ordre du jour. Pour Mme Florentine Djiro, présidente du REALIC, ces formations qui se font progressivement dans les différentes régions du pays, vont beaucoup jouer sur les attitudes de tout un chacun vis-à-vis de la migration clandestine, des immigrés et tout ce qui les entourage. <<Nous sommes une organisation de la société civile, quu travaillons dans le domaine de la migration en Côte d’Ivoire, précisément dans la gouvernance de la migration en Côte d’Ivoire. Nous sommes une équipe de bénévoles qui voulons contribuer justement au mécanisme de soutien à stratégie nationale pour avoir une bonne compréhension, du moins lutter de façon efficace contre l’immigration clandestine des jeunes vers l’Europe qui est aujourd’hui devenu un fléau national. Et donc à travers ces journées que nous organisons un peu dans le pays en partenariat avec la fondation Friedrich-Ebert-Stiftung, nous voulons, par le biais des organismes participants à nos ateliers, sensibliser les jeunes sur les risques liés à cette migration clandestine d’où notre thématique du jour>>. La table ronde a pris fin par les remerciements de secrétaire général  de la préfecture de Bouaké, M. Katou Boni Francis.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici