Bouaké/La paix célébrée à la première édition de « Agwa Festival Nanan Agni ».

0
402

Les communautés Baoulé et Malinké de Gbêkê ont profité de la première édition de Agwa Festival Nanan Agni. pour célébrer la paix, notamment en affichant leur détermination à consolider la cohésion et le vivre ensemble dans la région de Gêkê. C’était le samedi 19 février, à Konankankro dans le canton Pharis.

Nanan N’Goran Koffi 2 et le patriarche Ben Diomandé, respectivement chef de canton des Faafouès et chef central de l’union des chefs de communautés à Bouaké, ont solennellement paraphé un « pacte de vivre ensemble communautaire ».

La cérémonie savamment pensée par le PCA de l’ONEP, Louis Habonouan, était parrainée par le ministre des Transports, Amadou Koné, a drainé de nombreuses populations sorties des quatre coins de la région. La marrée humaine était constituée d’autorités administratives et coutumières, de chefs de cantons et de tribus, de villages, de président (e) s de jeunesses et de femmes, de chefs de communautés allogènes et autochtones, de la cour royale de Sakassou, de militants de tous les bords politiques des départements de Bouaké, Béoumi, Botro et Sakassou.

A l’occasion, les porte- paroles des deux grandes communautés ont pris l’engagement à régler, en cas de crise, tout différend par des moyens pacifiques. Ils ont également promis de développer et renforcer entre eux des relations fraternelles et amicales, à promouvoir des actions de développement durable, à prévenir toute forme d’agression et autres attaques envers une communauté sœur et à se prêter mutuellement secours et assistance…

L’initiateur de Agwa festival Nanan Agni, le PCA, Louis Habonouan, visiblement ravi de la belle mobilisation, n’a pas manqué d’exprimer sa joie.

« Félicitations pour cette belle et forte mobilisation. Merci d’avoir massivement répondu à la célébration de la paix, de la cohésion sociale et du vivre ensemble chez nous », s’est-il réjoui. Pour justifier la tenue de ce grand rendez-vous culturel, il dira que  » Le Gbêkê a connu la guerre et la désobéissance civile avec leurs corollaires de dégâts matériels et humains. Nous disons, plus jamais ça. Agwa festival Nanan Agni se veut donc un instrument et un creuset de cohésion sociale et du vivre ensemble communautaire au service du développement de nos localités ».

Pour leur part, les populations ont saisi la balle au rebond pour rendre un hommage appuyé au président de la République, Alassane Ouattara pour les projets réalisés ou en cours de réalisation dans la région de Gbêkê et dans l’ensemble du pays.

Pour concrétiser cet hommage, Mme Jeanson née Koffi Aya Léontine a lu une motion de reconnaissance adressée au au chef de l’État Alassane Ouattara.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici