BOUAKE/La rentrée des classes n’a pas eu lieu

0
1109

La rentrée des classes 2018-2019 prévue pour démarrer ce lundi 10 septembre 2018, n’est pas effective à Bouaké. Pour cause, des individus se réclamant du Comité des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire, (CEECI) ont envahi la plupart des établissements secondaires publics et privés de la capitale de Gbêkê, pour disent-ils, dénoncer les frais d’inscription excessifs à leurs yeux. « Les frais d’inscriptions sont trop élevés, pourtant on nous parle d’école gratuite. Tenez vous bien, le minimum à payer dans un établissement secondaire public, hors mis l’inscription en ligne, c’est 12.000 francs CFA pour les classes intermédiaire. Pour les classes d’examens, il faut payer 14.000 frs pour les classes de troisième et 17.000 frs pour la terminale sans compter les cotisations du COGES. Si rien n’est fait pour ramener ces frais à un taux acceptable, il n’ y aura pas de rentrée scolaire cette année », a menacé un manifestant sous le couvert de l’anonymat. « C’est aux environs de 08h 30mn que des individus habillés dans tee-shirts à l’effigie du CEECI, ont fait irruption dans notre bureau pour nous intimer l’ordre de quitter les lieux. Il nous ont demandé de tout arrêter parce que les frais d’inscription sont exorbitants. Nous n’avons d’autre choix que de nous soumettre à leur volonté. D’ailleurs, nous connaissons leur méthode. Ils viennent siffler d’abord puis reviennent avec des jets de pierres.En pareille situation, il est mieux de se retirer, et c’est ce que nous avons fait. Le proviseur qui a été lui aussi délogé de son bureau, nous a demandé de rentrer à la maison et revenir demain. Nous espérons donc pouvoir reprendre demain », nous confie une éducatrice d’un lycée de la place. Interrogés, plusieurs parents d’élèves, à l’instar de M.Diomandé, commerçant et S.Mathieu, enseignant, jugent effectivement les frais d’inscription excessifs, mais ils ne partagent pas la manière utilisée par le CEECI. « Il faut vraiment reconnaître que c’est dur pour nous parents d’élèves. Les frais d’inscription sont élévés. Quand tu as plusieurs enfants, cela te donne l’insomnie. C’est nous les parents qui devons poser le problème au gouvernement, pas les élèves avec la manière qu’ils utilisent, parce que s’il y a des casse, c’est toujours nous qui allons payer. Que Madame la ministre Kandia qui est une mère analyse bien la situation pour nous venir en aide », a plaidé le premier, quand le deuxième dira: « Telles que les choses sont engagées, il faut craindre pour cette année scolaire. Nous ne sommes qu’au premier jour de la rentrée et déjà des coups de sifflets. Oui effectivement les frais d’inscription sont insupportables. Le hic, c’est qu’ils varient d’un établissement à un autre, laissant croire que cela profite à des individus. Mais il y a des associations de parents d’élèves et de consommateurs. Que toutes ces associations s’approprient ce combat et non les élèves, car des gens tapis dans l’ombre font vite de faire de la récupération ». Comme on le voit, l’école n’a pas encore démarré à Bouaké. Toutefois, l’on ne devait pas s’en étonner parce que le CEECI avait annoncé les couleurs au cours d’une réunion, il y a exactement une semaine, sa détermination à lutter contre les frais d’inscription pour cette rentrée des classes.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici