Bouaké/Lutte contre la migration irrégulière. Le comité départemental accentue la sensibilisation

0
415

Passer à la vitesse supérieure dans la lutte contre la migration irrégulière dans le Gbêkê. C’est désormais l’objectif du comité départemental de lutte contre ce fléau par une sensibilisation tous azimuts des populations. 

Samedi 12 mars dernier, à la faveur de la sortie officielle de l’association des femmes de Tengrela à Bouaké ( Tieborogo ) au quartier Zone, son secrétaire général, Bamba Fatoumata a entretenu ce ses membres de toutes les tranches d’âge sur les conséquences de la migration irrégulière. C’était avec l’appui technique et financier de l’ONG AVSI. 

Bamba Fatoumata, Directrice régionale de la Promotion de la Jeunesse, de l’Insertion Professionnelle et du Service Civique de la région de Gbêkê, a axé son plaidoyer autour du thème « Femmes africaines et migration irrégulière ».

Elle a mis en exergue les réalités que vivent les candidats à ce voyage périlleux. Selon elle, les difficultés liées à la migration irrégulière entraînent de nombreux morts, sans oublier l’emprisonnement de plusieurs femmes qui sont réduites à l’esclavage sexuel.

« Les conséquences sont nombreuses notamment le développement des réseaux d’exploitation sexuelle et d’aide à la prostitution à travers le proxénétisme, de nombreux cas de violences sexuelles sont enregistrées. Au désert, c’est le viol, et dans les grandes villes, c’est la prostitution », a relevé l’oratrice. Raison pour laquelle elle a invité les potentiels candidats à l’immigration irrégulière à s’en détourner et attirer l’attention de leurs proches  exhorté les populations non seulement à s’abstenir d’entreprendre sur sa gravité. 

« Il n’est pas nécessaire de mourir en voulant aller en Europe de façon clandestine. C’est triste de voir des jeunes qui tentent à travers ce voyage mortel, d’aller en Europe. On peut y aller en passant par les voies réglementaires. Il faut changer de mentalité en vous orientant vers les Agences Emploi Jeunes et les Guichets Emploi qui vous permettront d’investir en Côte d’Ivoire et de gagner votre vie », a t- elle insisté.

L’un après l’autre, les intervenants au nombre desquels Emma Godi Nestorine et Traoré Lekouo, respectivement présidente de la cellule civilo-militaire et porte-parole de l’union des chefs de communautés résidants à Bouaké, ont emprunté le même sens que Bamba Fatoumata. 

Des témoignages édifiants de rescapés de cette aventure ont mis fin à la rencontre du jour.

JPH 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici