Côte d’Ivoire/Adjoumani explique la naissance du mouvement « Sur les traces d’Houphouët-Boigny »

0
686

Au moment où un Conseil de discipline se tenait, ce jeudi 5 juillet 2018, à la Maison du parti à Cocody, pour décider certainement du sort de certains militants, ayant pris fait et cause pour le mouvement « Sur les traces d’Houphouët-Boigny», le ministre des Ressources animales et halieutiques qui a présidé, le mardi 3 juillet 2018, la cérémonie de présentation officielle du dit mouvement à la nation ivoirienne et au monde, a entrepris d’expliquer les motivations et les objectifs de ce nouveau courant au sein du parti septuagénaire pour lever toutes les équivoques.

« Des propos pleins d’amalgames, de contre-vérités, d’injures, de mépris et de menaces, voilà en substance ce qu’on nous oppose alors que nous avons voulu simplement, avec des mots délicatement choisis, décidé d’exprimer nos idées, notre vision pour un PDCI-RDA rassemblé, réconcilié, fraternel, tolérant, ouvert et surtout démocratique dans le droit fil des orientations stratégiques définies par le Président de notre parti, le Président Henri Konan Bédié».

Chers militants, chers militantes du PDCI-RDA, je me sens obligé de me plier à cet exercice pédagogique pour rappeler, expliquer et repréciser les motivations réelles et profondes ainsi que les objectifs de notre mouvement  »SUR LES TRACES D’HOUPHOUET-BOIGNY » qui suscite déjà un engagement populaire au-delà de nos espérances.

Le mouvement  »SUR LES TRACES D’HOUPHOUET-BOIGNY » n’est pas un parti politique et n’a pas vocation à le devenir.

Il se veut le creuset du rassemblement des militants du PDCI-RDA soucieux de pérenniser l’œuvre du père-fondateur en agissant en toute lucidité et en toute objectivité pour consolider la cohésion si chèrement acquise entre les héritiers politiques du Président Félix Houphouët-Boigny.

Avec cet instrument, nous ne souhaitons que faire la promotion de l’unité, de la tolérance, du dialogue, de la paix pour la stabilité de notre pays parce que la Côte d’Ivoire est notre bien commun le plus précieux.

Je voudrais inviter ceux qui nous attaquent et nous servent des menaces et des injures auxquelles nous ne répondrons pas, à lire et à relire notre allocution solennelle de présentation de notre mouvement afin de comprendre par eux-mêmes que la destruction du PDCI-RDA est aux antipodes de nos ambitions.

Nous traiter avec mépris n’est pas la solution, ce n’est pas le réflexe du bon militant du PDCI-RDA.

Je voudrais indiquer que je n’ai pas de comparses. Ceux qui ont décidé de militer dans ce mouvement méritent un peu plus de respect et de considération.

Des maires, des députés, des sénateurs, des présidents de conseils régionaux ont une légitimité établie, ce sont des personnalités de premier rang qu’on ne saurait traiter avec autant de mépris.

Il en va de même pour les membres du Gouvernement, ces hautes personnalités, et ces hommes d’Etat qui font la fierté du PDCI-RDA en servant notre pays avec professionnalisme, honneur et dévouement et ne peuvent en aucune façon être traitées de comparses. Cela heurte notre conscience.

Dans un parti politique comme le PDCI-RDA, ce n’est pas une méthode pour régler les problèmes. On ne peut pas continuer à vouer aux gémonies des personnalités tout simplement parce qu’elles ont une approche différente sur une problématique, une autre façon de voir les choses.

En réalité, ceux qui veulent casser le PDCI-RDA. Ce sont ceux-là qui s’opposent vaille que vaille au dialogue et à la concertation.

 »SUR LES TRACES D’HOUPHOUET-BOIGNY » n’est en effet pas une affaire privée du Ministre Kobenan Kouassi Adjoumani. Ceux qui ont adhéré au mouvement l’ont fait de façon délibérée et assument leur choix. Lors de la cérémonie prochaine de lancement officiel du mouvement, tout le monde pourra cerner l’ampleur réelle de l’adhésion des cadres, élus, responsables politiques et personnalités du PDCI-RDA à la cause que nous défendons.

Le PDCI-RDA au sein duquel j’ai milité depuis ma tendre jeunesse ne s’est jamais opposé au rassemblement et à l’unité des enfants de ce pays. Je n’ai jamais vu le Président Houphouët-Boigny, notre référant politique absolu, se dresser contre une entreprise de rassemblement ou de promotion de la cohésion entre ses enfants.

Quel est le péché que nous avons commis ? Notre mouvement est-il l’unique mouvement qui existe à l’intérieur du PDCI-RDA ?

Que dire du Cercle National Bédié (CNB) d’hier ? Du Réseau des Cadres PDCI ? De PDCI Notre Héritage ? De Bédié Pour Tous, Tous Pour Bédié ?

Tous ces mouvements existent et ne posent problème à personne. Est-ce parce qu’ils défendent tous la cause de l’isolement, de l’enfermement politique du PDCI-RDA et que nous, nous prônons l’ouverture et le renforcement des liens au sein du parti unifié RHDP ?

Je voudrais pour finir inviter les uns et les autres à jouer balle à terre, à éviter les attaques gratuites et à renouer avec les débats d’idées, à renoncer aux débats et aux combats fratricides.

Allons sur le terrain et parlons avec nos militants de base, expliquons leurs nos projets, notre vision.

Car, il a été toujours soutenu à l’encontre du projet du parti unifié l’argument selon lequel nos militants de base ne seraient pas prêts pour franchir ce pas ultime conformément au vœu de nos chefs.

Le mouvement  »SUR LES TRACES D’HOUPHOUET-BOIGNY » est une réelle opportunité qui s’offre à nous pour démontrer à la face du monde tout le contraire.

F.R

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici