Côte d’ivoire / Bongouanou: Vive tension entre autochtones Agnis et Allogenes Malinkes

0
1724

Bongouanou
Vive tension entre autochtones Agnis et Allogenes Malinkes de Brou-Akpaoussou
Les autochtones Agnis et les Allogenes Malinke de Brou-Akpaoussou, localité située à 10 km d’Ande, son chef lieu de sous préfecture, dans le département de Bongouanou, se regardent depuis le 03 janvier, en chien de faillance. Ce 04 janvier, la tension était encore vive. C’est que la médiation, pour ramener la paix, entamée par le sous préfet de Ande, Allah Yao Alain, le chef de la tribu Sahie Anoh, également chef du village de Agbossou, Nanan Kouadio Théophile et le représentant du député de Bongouanou sous préfecture, Adom Kouakou Adrien, a accouché d’une sourie. La jeunesse Agni de la localité campent sur sa position, à savoir en découdre avec les Malinkes ou les chasser de leur village. Le chef de Agbossou, Nanan Kouadio Théophile et le sous préfet de Ande, Allah Yao, qui se sont d’abord entretenus avec la chefferie de Brou-Akpaoussou, ainsi que quelques représentants de la jeunesse de cette localité, puis également, après un bref échange avec quelques membres de la communauté Malinke, ont cru que l’apaisement serait au rendez vous. Ils se sont donc rendus sur la place du village, pour exhorter les jeunes Agnis à désarmer leur coeur, en acceptant de vivre en de bons termes, avec les Allogenes en attendant qu’une solution définitive et durable soit trouvée. Quelle ne fut leur surprise, de voir les jeunes surexcités rejetter toutes leurs propositions de retour à la normale. Pis, le president des jeunes, Kouakou Amalaman et le représentant de l’honorable Affi N’Guessan, à savoir Dom Kouakou Adrien, vont trouver mieux de soutenir la décision de la jeunesse, qui exige que toutes les boutiques et magasins des Malinkes restent fermés jusqu’à la résolution du conflit. Aussi, ils approuveront le désir des jeunes de ne voir aucun Malinke traverser leur quartier et vice versa, jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. Une situation qui n’a pas été du goût du chef de Agbossou et du sous préfet, qui ne désespèrent pas pour autant, à l’idée de continuer la médiation, pour un retour à la paix. En ce qui conserne la source du conflit, le chef de Brou-Akpaoussou a été explicite à ce sujet : « Le 02 janvier, une finale de football a opposé une équipe des jeunes Agnis à une autre des Malinkes. Un penalty a été accordé à l’equipe des autochtones. Les jeunes Malinkes pas content de cette décision arbitrale, qui leur a fait perdre le match, vont détruire le trophée. Des échauffourées vont avoir lieu sans conséquence. A la surprise de tous le lendemain matin, un affrontement va éclater entre les deux communautés, entraînant plusieurs blessés légers et beaucoup de dégâts matériels. Il a fallu l’intervention le soir de la gendarmerie de Bongouanou et de l’escadron du peloton mobile de Daoukro, pour ramener une paix précaire ». Et d’ajouter que ce conflit était latent depuis des jours, car la jeunesse Agni se dit frustrée par le comportement des Malinkes, qui selon elle, foulent au pied tous les règlements, lois et coutumes de leur localité.
E. Pisani

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici