Côte d’ivoire / Daoukro : Akoto Olivier sensibilise les populations sur les dangers des feux de brousse

0
609

Daoukro
Akoto Olivier sensibilise les populations sur les dangers des feux de brousse
La période de sécheresse a débuté dans la région de l’Iffou. Afin que cette période ne soit pas propice aux feux de brousse, l’honorable Akoto Olivier, député de Daoukro et N’Gattakro commune et sous préfecture, a pris son bâton de pèlerin, pour sensibiliser ses parents sur les dangers de ce fléau. « Je lance un appel à toute la population, en cette période de grande sécheresse, d’éviter les feux de brousse. Quant l’on joue avec le feu en cette période de sécheresse, nous courons à des risques de feux de brousse », a t-il dit à ses parents de Dadiekro, localité de la sous préfecture de Daoukro. C’était le 31 décembre, à l’occasion d’une visite dans cette contrée, pour festoyer avec les populations et surtout leur faire passer des messages importants, dont les dangers des feux de brousse. « Nous demandons aux parents de ne pas utiliser le feu dans leurs champs, en cette période. Ceci, pour éviter les feux de brousse « , a soutenu l’honorable Akoto. Et de se montrer menaçant : « Celui ou celle, qui sera à la base d’un feu de brousse, dans notre département, se fera arrêter et conduit à la maison d’arrêt et de correction de Bongouanou ». L’elu de la nation a exhorté ses parents à beaucoup de vigilance, afin que cette année soit une année de zéro feu de brousse à Daoukro. Il a également saisi l’opportunité de ces retrouvailles, pour supplier les populations à déclarer les naissances. « En 2019, l’Etat va procéder à une opération spéciale d’identification et de déclaration de naissances. Que personne ne reste en marge de cela. Il faut que vous vous apprêter à vous faire identifier et surtout à déclarer les naissances. Sans omettre de vous faire établir des cartes nationales d’identité », leur a t-il conseillé. Puis, l’honorable a terminé son entretetien avec ses parents en leur demandant de ne pas donner leur terre aux orpailleurs clandestins. « Avant de venir à Dadiekro, nous sommes parti dire  » Yako » au chef du village de Koutoukounou, dont le domicile a été attaqué par des bandits. Vous savez que ce village a été envahi par les orpailleurs clandestins. Le revers de ce fléau est des actes de banditisme, dont a été victime le chef du village. Il faut donc s’éloigner de l’orpaillage clandestin, afin de mener une vie paisible dans sa localité », a t-il conclu.
E. Pisani

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici