Côte d’Ivoire/Grève des enseignants. Le commissariat de Botro saccagé

0
950

A Botro la grève des enseignants n’est pas sans conséquence

La grève des enseignants a fait passé une nuit blanche au commissaire Ben Téhora et ses éléments du tout nouveau commissariat de Botro. Inauguré le 20 juillet 2018, le commissariat de de Botro sest transformé en un véritable champ de bataille.

Tout a commencé dans la matinée du lundi 11 février 2019. Les élèves du lycée de la ville ont occupé la voie principale pour aller déloger leurs camarades qui suivaient les cours dans un établissement privé. Ils étaient bien escortés par la police pour ne pas qu »ils s’adonnent à des actes de vandalisme. Arrivés devant l’établissement privé, les élèves décident coûte que coûte de pénétrer dans la cours pendant que leurs camarades étaient déjà sortis. Alors la police va s’interposer. Cela déchaîne leur colère et les pousse à s’en prendre aux hommes en tenues. Ils leur lançant des pierres et des bâtons. Mais les policiers ne réagissent pas. Toutefois ils essaient de les dégager des lieux. 11 élèves seront pris et conduits au commissariat pour des conseils d’usages par le préfet, Tuo Kolotcholoman et ont été relâchés par la suite.

C’est après cela qu’ne folle rumeur courait les rues faisant état de ce que deux élèves ont trouvé la mort. Ce qui va mettre le feu aux poudres. Aux environs de 19h30mn, des individus sortis de nulle part, armés de pierres, haches gourdins, machettes, bouteilles contenant de l’essence ou du pétrole, vont s’attaquer au commissariat en scandant << nous allons vous tuer, on va casser tout ici, nous allons tout brûler >>, témoigne notre source.

Après leur passage la cour du commissariat de Botro ressemblait à un sur un site de carrière tellement les jets de pierres ont été abondants. Bilan de ce triste spectacle, vitres des fenêtres et portes parties en éclats. Certains riverains affirment que cette scène était digne d’un film Hollywoodien. N’eut été le renfort venu de Bouaké, le commissariat serait parti en fumée.

L’on enregistre trois blesses du côté des policiers. Il s’agit des sergent-chefs Mouandou Bernabé, Loukou Baloukou et le commissaire Ben Téhora et de nombreux dégâts matériels.

Le procureur de la république, Koné Braman s’est rendu sur les lieu pour s’imprégner de la situation. << J’ai été informé de ce que des individus non identifiés ont saccagé le commissariat de police de Botro. Alors je me suis rendu pour soutenir les agents et aussi constater les dégâts enregistrés. Notre parquet restera intraitable quant à la lutte contre l’incivisme notoire. Les atteintes aux symboles de l’État doivent faire l’objet de procédure et tous ceux qui seraient interpellés dans le cas de cette enquête qui vient de s’ouvrir seront déférés au parquet de Bouaké et présentés aux juges pour répondre de leurs actes >>, a indiqué, Koné Braman, le procureur de la république.

O.K.O

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici