Côte d’Ivoire-Katiola/Elle prend dix an de prison pour trafic de drogue

0
818

Dame Julius Élisabeth, 35 ans, de nationalité ghanéenne passera dix ans en cellule carcérale pour détention d’une importante quantité de drogue cannabis. C’est du moins le verdict prononcé le Mercredi 16 Janvier 2019 par MR Mea Mea Théophile, juge président du tribunal de KATIOLA. Outre la peine d’emprisonnement, la dame reconnue coupable de transport illicite de trois kilogrammes de cannabis, paiera 500.000f d’amende, ses biens confisqués ainsi que le scellé qui sera détruit. Les faits démontent au 31 Décembre 2018 dernier. Nos sources précisent que ce jour là, dame Julius Élisabeth quittait Niakara transportée à moto taxi pour Loho, une localité où l’or est exploité clandestinement. En chemin, la dame « dealer » est soumise à un control minutieux par des éléments de la gendarmerie en exercice sur l’axe Niakara-Loho. C’est au cours de cette opération que les trois kilogrammes de drogue ont été découverts cachés dans un sac qui contenait des habits. Arrêtée et conduite à la brigade de gendarmerie de Niakara, la nommée Julius Élisabeth aurait affirmé dans un premier temps se rendre à la mine d’or communément appelée  » Daga », afin de vendre le produit aux orpailleurs qui ont investi la dite localité en grand nombre. Mais à la barre, le mercredi 16 janvier 2019 dernier, elle est revenue sur ses premières déclarations soutenant cette fois que les bagages qu’elle portait n’était pas les siens.  » Le sac dans lequel la drogue a été découverte n’est mon sac. C’est un monsieur du nom de Igoué qui me l’a remis depuis Abidjan. Il m’avait dit de le remettre à un certain Ahmed qui réside à la mine d’or. Ce n’est pas mon sac. » s’était-elle expliquée sans conviction avant d’ajouter entre deux sanglots, « J’avais pourtant vérifié le contenu du sac depuis Abidjan ! Et c’était des habits ! ».  » Madame, pouvez-vous nous expliquer comment des habits peuvent-ils se transformer en drogue ? Interrogea maître Koffi Augustin Patrick substitut président du tribunal de KATIOLA, par ailleurs procureur. A cette question, Julius ne trouvera pas de réponse. Tout au long de son audition, elle a tenté maladroitement de se disculper. Mieux, elle a refusé de donner des informations précises sur ceux qu’elle prétend être les propriétaires de ce paquet gênant. Elle croupie dans les geôles de la prison civile de KATIOLA. Et cela pour dix ans, à moins qu’elle ne fasse appel et obtienne quelques satisfactions.

Assemian Navenko

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici