Côte d’Ivoire/Le regard de Ouattara sur la situation socio-politique depuis la France

0
608

L’évolution de la situation socio-politique en Côte d’Ivoire ne pouvait pas manquer à un rendez-vous du président de la République, Alassane Ouattara, avec la presse dès que celle-ci en a l’occasion. C’est ce qui s’est passé à Paris, ce lundi 12 novembre 2018, quand à sa sortie d’audience avec le président français à l’Elysée, le chef de l’État s’est prêté à des questions des journalistes. Au menu de ces échanges avec ces acteurs des médias, la crise post-municipales et régionales avec les tensions qui ont prévalu à l’issue de ces scrutins.

Le chef de l’État a saisi cette tribune pour lancer une pierre dans le jardin de ses adversaires. Notamment ceux qui contestent les résultats des élections dans certaines localités du pays. Selon le confrère, fratmat.info, qui était du voyage, le président de la République a inscrit ces réactions dans l’ordre normal de la vie politique d’une nation, même s’il ne partage pas les positions de tous. « Il y a des personnes quand elles gagnent, tout va bien, mais quand elles perdent, rien ne va plus ».

Alassane Ouattara a récusé toute idée de crispation politique en Côte d’Ivoire sur la base des événements survenus après les municipales et les régionales. Pour lui, il n’y a pas de crispation politique en Côte d’Ivoire et tient à faire entendre que sa nouvelle formation politique, le parti unifié Rhdp a fait la razzia durant ces récentes élections.

« Le Rhdp a gagné 125 communes sur 200. Dans quelques communes, il y a eu certes des difficultés. Cela se passe aussi en France comme partout ailleurs. Ce n’est donc pas une crispation », a-t-il signifié, non sans traduire toute sa confiance aux institutions ivoiriennes pour connaître du contentieux au terme de ces scrutins.

Le chef de l’État, faut-il le souligner, venait d’échanger avec le président français, Emmanuel Macron. Aussi, indique-t-il avoir félicité son homologue pour la célébration, la veille, du centenaire de l’armistice. Un événement qui a regroupé 72 chefs d’Etats et de gouvernement à Paris dont les présidents Vladimir Poutine et Donald Trump de la Russie et des Etats-Unis.

Le président ivoirien, qui a participé à cet important forum sur la paix, a partagé cet idéal avec les journalistes français.

Au plan bilatéral, il a mis en exergue le taux de 7% de croissance minimum enregistré par la Côte d’Ivoire pendant les 8 dernières années. Toute chose qui justifie sa bonne santé tant sur le plan économique, politique, diplomatique que de la lutte contre la pauvreté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici