Côte d’Ivoire/L’histoire des maires revoqués

0
1327

En Côte d’Ivoire, selon les articles 73 et suivants de la loi de 2012 portant organisation des collectivités territoriales, la révocation d’un maire ou les adjoints peut être prononcée

1983 : Lanciné Gon Coulibaly, maire de Korhogo, révoqué en conseil des ministres sous le parti unique.

1985 : Emmanuel Joseph Dioulo, maire central d’Abidjan et PDG de la COGEXIM (Compagnie générale d’export-import), qui fait du négoce du cacao et du café. La Banque nationale de développement agricole (BNDA), une entreprise d’Etat, révélait que la COGEXIM lui devait 19 milliards de francs CFA – plus 10 milliards d’agios – prêtés entre 1980 et 1983, et attaquait la société de M. Emmanuel Dioulo en justice

1989 : Me Mondon Konan Julien, maire de Koumassi

1990 : Denis Ossey Gnassou, maire d’Agboville

1994 : Louhoues Essoh Vincent, maire de Dabou, dégommé, pour avoir déposé ses valises au Rdr. Il a été remplacé par Albert Kacou Tiapani.

2000 : Amidou Sylla, maire d’Anyama

1995 : Grah Claire Elizabeth, maire de San Pedro

2018 : Noël Akossi Bendjo, maire du Plateau

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici