Côte d’Ivoire-SIETTA 2018/La 3ème édition placée sous le signe de la transformation et de l’autonomisation de la jeunesse africaine

0
633

La transformation de l’anacarde reste une préoccupation majeure pour les plus hautes autorités ivoiriennes
Premier exportateur mondial de noix de cajou, la Côte d’Ivoire a produit 711 236 tonnes de noix en 2017, soit 22% de la production mondiale et 33% de l’offre à l’échelle internationale.

La transformation de l’anarcade est une préoccupation pour les autorités ivoiriennes. C’est poursuoi à l’ouverture de la 3è édition du Salon international des équipements et des technologies de la transformation de l’anacarde, (SIETTA) 2018 placee sous le thème : « Transformation de l’anacarde, une mine d’opportunités pour l’autonomisation de la jeunesse africaine », qui se tiendra du 8 au 10 novembre au palais de la culture d’Abidjan-Treichville, le Vice-président Daniel Kablan Duncan était présent en personne.

Selon Souleymane Diarrassouba, cette édition 2018 se veut une plateforme d’exposition, de démonstration, de vente d’innovations en matière de transformation et d’échanges entre les professionnels du secteur. Non sans préciser : Ainsi, « les exportateurs sont tenus de justifier d’avoir vendus 15% de leurs productions à des opérateurs locaux avant l’obtention d’autorisation d’exporter ».

Relevant que le défi pour le pays reste la transformation locale, par la création des conditions d’accessibilité des investisseurs aux équipements et technologies de transformation, en vue d’accroître la valeur ajoutée, le ministre a signifié que le gouvernement entend favoriser la transformation de 100 000 tonnes de noix brute en cette année 2018.

Pour sa part, le directeur général du Conseil du coton-anacarde, organe de régulation de la filière, le Dr Adama Coulibaly, a appelé à une réelle implication des équipementiers pour gagner « la bataille de la transformation ». Selon lui, le salon sera animé quotidiennement par environ 500 exposants et conférenciers. Il regroupera les promoteurs d’équipements et de technologies de transformation, les Pme, les coopératives de producteurs, les industriels du secteur et les institutions de crédits.

Premier exportateur mondial de noix de cajou, la Côte d’Ivoire a produit 711 236 tonnes de noix en 2017, soit 22% de la production mondiale et 33% de l’offre à l’échelle internationale.

Signalons que cette édition 2018 sera couplée avec le 3e Conseil des ministres du Conseil international consultatif du cajou (Cicc et de la Conférence annuelle de l’alliance du cajou africaine (Aca), comprenant le Bénin, le Burkina Faso, le Togo, le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Quand au Vice-président, il a lancé un appel aux investisseurs et aux banques pour que le défi de la transformation soit relevé. «…Je lance également un appel aux banques et établissements financiers à s’intéresser davantage à cette filière à fort potentiel de valeur ajoutée, de croissance et de création d’emplois. Le gouvernement en a fait une priorité dans sa stratégie d’industrialisation et continuera de ce fait à apporter le soutien nécessaire à son développement

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici