Crime odieux/A Niakara, le viol et l’assassinat d’une vielle de 112 ans provoque une vive tension dans la ville

0
287

Il y a des choses sur cette terre des hommes qui dépassent l’entendement d’un être normal. Qu’est-ce qui en effet, peut pousser un homme au viol et au meurtre d’une vieille femme de 112 ans ?

C’est la question qui circule sur toute les lèvres à Niakara. Ce dimanche 8 mai 2022 restera hélas une bien triste journée pour les enfants, petits enfants, arrières petits enfants, parents et connaissances de la vieille Lotcho 112 ans assassinée d’une manière des plus inhumaines possible. Ce n’est pas tant la mort de la vieille centenaire qui a crée ce courroux mais de source familiale ce sont les conditions atroces, inhumaines et barbares dans lesquelles le corps de la vielle été retrouvé qui fâchent. Un corps entièrement nu, baignant dans le sang, le visage bouffi et ensanglanté. Ce qui dénote de toute la violence avec laquelle le présumé assassin, un jeune homme d’un peu plus de 30ans, (contractuel dans une boulangerie de la place ) a donné la mort à l’infortunée vieille. De toute vraisemblance s’agirait d’un viol suivi du meurtre de la centenaire. L’enquête ouverte par la gendarmerie nous en dira plus.

Voici le témoignage de nièce de la vieille défunte. « Lorsque je suis revenue d’une veillée funéraire autour de 3h du matin, j’ai trouvé la porte ouverte. Cela m’a paru bizarre. Je rentre et je trouve quelqu’un couché à côté de la vieille. Dès que je l’ai réveillé, il est sorti en courant mais je l’avait déjà identifié. Quand j’ai regardé la vieille…( pleurs) ». La nièce de la vieille ne pourra pas poursuivre son témoignage. Elle éclate en sanglots.

La nouvelle s’étend à travers la ville comme une trainée de poudre qui est aussitôt paralysée par de nombreux manifestants qui crient leur colère te indignation.

Alertée, la gendarmerie n’a pas mis du temps pour appréhender le présumé coupable à son domicile, presqu’en flagrant délit, arborant encore la tenue du crime couvert de sang et une balafre que lui a infligée la pauvre centenaire dans son ultime lutte. Le sinistre individu est immédiatement déféré à la maison d’arrêt et de correction de Katiola.

Notons que le calme est revenu dans l’après midi, suite à l’intervention de Mme le Préfet qui a regroupé autour d’elle le sénateur, le la député, le Maire et le chef du canton. Un appel commun de toutes ces autorités a été lancé au calme.

JPH, avec une correspondance particulière

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici