FIÈVRE DE LASSA

0
402

Un risque
La fièvre de Lassa est une menace réelle pour la Côte d’Ivoire. Selon des spécialistes en la matière, l’épidémie de cette autre fièvre peut se déclencher à tout moment. Et les autorités sanitaires Ivoiriennes en sont bien conscientes. C’est pourquoi les services du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique sont en alerte maximum. Selon le Docteur Daouda Coulibaly, épidiomologiste et sous directeur de l’Institut national d’hygiène publique, (Inhp),ses services ont deux objectifs. Faire en sorte que la maladie ne survienne pas, et si elle elle survient, il faut la détecter rapidement. Il ajoute que le risque est réel et s’est accru, avec un cas de décès déclaré au Ghana.Toutefos, il précise que ce n’est pas pas dans la zone frontalière avec la Côte d’Ivoire. Mais note-t-il, qu’avec ce cas, il y a un risque de propagation de la maladie en Côte d’Ivoire, car le mouvement des populations, est un facteur d’extension de la maladie. Il se trouve que l’animal réservoir du virus responsable de la maladie, le rat à mamelles multiple, vit aussi en Côte d’Ivoire. Personne n’est immunisé naturellement contre cette maladie. <>, a averti Dr Daouda Coulibaly qui affirme que tout comme pour la fièvre à virus Ebola, des dispositions ont été prises. Il n’a pas manqué d’insister sur l’assainissement et l’hygiène. << lutter contre la fièvre de Lassa, c’est lutter contre l’insalubrité, contre les ordures ménagères >>. Les populations sont aussi invitées a procéder à des opérations de dératisation des maisons, des marchés, des dépôts de boissons et autres articles divers. Il faut aussi bien se laver les mains. Il convient de rappeler que depuis le début l’année, la fièvre de Lassa sévit au Nigéria (1081 cas dont 90 décès à la date du 25 février 2018),
en Sierra-Leone, au Bénin et au Libéria.

AK

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici