Le PSG écrase Metz

0
716
LIGUE 1 – Le PSG a écrasé Metz (5-0), samedi au Parc des Princes. Mais, évidemment, les esprits étaient un peu ailleurs, quatre jours après l’élimination subie face au Real Madrid en Ligue des Champions. Les Parisiens assurent être passés à autre chose, mais veulent se servir de cette claque pour grandir et avancer.

Quatre jours, c’est trop peu pour oublier. Mais quatre jours ont suffi au PSG pour retrouver le chemin de la victoire. Personne n’oubliera pas de rappeler aux Parisiens que le FC Metz, ce n’est pas le Real Madrid – à raison -, il n’en reste pas moins que, samedi, Paris a au moins rempli sa mission. Ça ne change rien au fiasco européen, mais ça ne fait pas de mal.

Le club de la capitale, même avec un onze remanié, a laminé les Grenats avec un carton, un de plus au Parc en championnat (5-0). La Ligue 1 est déjà dans la poche du club de la capitale. Unai Emery a trouvé plein de vertus à ce succès bienvenu.

« Ça permet de tourner la page de mardi, a confié le technicien basque en conférence de presse. On avait besoin de gagner après cette élimination. On continue notre chemin. L’équipe a maintenu le niveau en championnat. » 5-0, ce n’est pas le tarif maison. Mais c’est dans les habitudes parisiennes qui ont tout gagné au Parc des Princes depuis le début de la saison. Enfin, en championnat. Parce que sur le front européen, on y revient forcément, il y a eu le Real…

Kylian Mbappé, buteur samedi, frustré mardi, n’a pu séparer Metz de Madrid. « Quand vous perdez des matches aussi importants, il faut tout de suite revoir le match et comprendre ce qui n’a pas fonctionné, a expliqué l’homme qui valait 180 millions d’euros. Même avant le match, on savait ce qu’il nous manquait… et certaines choses l’ont confirmé ». Lesquelles ? L’état d’esprit ? « Mentalement, on a vraiment voulu gérer le match du mieux possible. Personne ne peut dire qu’on n’avait pas envie, assure l’international français. C’est footballistique avant tout. On a des grands joueurs mais le Real Madrid a montré ce qui séparait des grands joueurs et des champions. »

Qu’a-t-il manqué à Paris que Monaco possédait la saison dernière ? « Avec Monaco, c’était du bonus. On passait les tours, on était quand même insouciant, s’est remémoré Mbappé. Là c’était vraiment un objectif et sortir comme ça… Malgré le fait que c’était le double tenant du titre, la manière dont on est sorti… On n’a pas montré le meilleur visage du PSG. Maintenant, il faut s’assumer et se remettre au travail. »

Christopher Nkunku, lui, n’était pas sur la pelouse mardi. Il y était samedi dernier à Troyes, pour un but. Et ce samedi face à Metz, contre qui il a réussi un doublé. Le jeune Parisien n’a cependant pas échappé à la séance d’autocritique, comme le reste de ses partenaires. « La victoire fait du bien. Nous étions déçus après mardi et notre défaite contre le Real mais on est passé à autre chose dès jeudi à l’entraînement. D’ici la fin de la saison, on a un bon état d’esprit pour gagner les trois titres restants. »

Quid de l’adversaire ? A-t-il senti Paris touché ? Pas vraiment. Frédéric Hantz en tête : « Tout le monde a pris peur de prendre une très grosse correction. Mais Paris n’a pas insisté en deuxième période, on s’en tire à cinq. Le regret est sur nos premières minutes. Entre les deux équipes, il n’y a pas photo, qu’importe la semaine de chacune des deux équipes. Paris est quand même hors norme en Ligue 1. » Ça, on le savait déjà. Mais ça ne suffit plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici