Ligue des champions/Le PSG étrille l’Étoile rouge de Belgrade (6-1)

0
578

Paris emballant, Neymar scintillant

Battus par Liverpool en ouverture, les Parisiens ont corrigé le tir en surclassant l’Etoile Rouge de Belgrade (6-1), avec un triplé du Brésilien.

Douché lors de son entrée en lice à Liverpool, le PSG a lancé sa campagne européenne ce mercredi en remportant son premier match à domicile, face à l’Etoile Rouge de Belgrade (6-1). Certes, le pedigree de l’adversaire n’était pas le même que lors du premier match, mais l’attitude et l’implication montrées, tout comme l’ampleur du score, invitent à l’optimisme en vue de la qualification en 8e de finale.

La « MCN » devient « Les quatre fantastiques »

Si le PSG a vécu une soirée faste, c’est aussi parce qu’il a su mettre d’emblée les ingrédients pour se faciliter le match. Après une entame un peu diesel matérialisée par deux occasions pour Mbappé (9e, 15e), le club de la capitale a accéléré franchement sous l’impulsion d’un Neymar des grands soirs. Le Brésilien, positionné en meneur axial, a d’abord transformé une joli coup-franc des 20m (1-0, 20e) avant marquer de volée du gauche, sur un centre en retrait de Mbappé (2-0, 22e).

Dès lors, ce sont des vagues continues et incessantes qui ont déferlé sur les buts serbes. Cavani, d’abord mis en échec par Borjan (27e), a ajouté sa pierre à l’édifice, en solo (3-0, 37e), rapidement suivi par un Di Maria opportuniste sur un centre de Meunier (4-0, 42e). Le score acquis, Paris n’a pour autant pas relâché son étreinte, continuant d’imposer un pressing très haut sur le porteur dès la perte de balle, et gardant son bloc défensif concerné malgré la production offensive famélique de son adversaire.

Alors certes, avec moins d’efficacité que lors du premier acte, en témoigne Mbappé, encore plusieurs fois en échec dans la finition avant de finalement marquer lui-aussi, après un festival de Neymar (5-0, 71e). Le but inscrit par Marin (5-1, 72e) est une maigre consolation pour les Serbes, qui ont continué à subir les assauts d’un Neymar décidément insatiable, à nouveau buteur sur un autre coup-franc (6-1, 81e). En mettant les ingrédients indispensables à un match de C1, Paris a allié l’utile à l’agréable, soigné ses stats, et peut-être aussi un peu son confiance et son orgueil.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici