Région de la Bagoué/Trois innovations majeures découvertes par le Firca et ses partenaires techniques et financiers pour doper la filière karité

0
757

La régénération naturelle assistée (Rna), le compostage en fosses et le greffage du karité constituent, désormais, des moyens techniques pour améliorer la production fruitière du karité.

Une initiative conduite par le programme d’amélioration du karité de l’université Peleforo Gon Coulibaly avec l’appui financier du fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricoles ( Firca) et le fonds compétitif pour l’innovation agricole (Fciad).Et ce, dans le cadre de la deuxième phase du contrat de désendettement et de développement ( C2D).

Apres l’atelier de restitution tenu dans la salle de conférences de la mairie de Ouangolo en janvier dernier, c’est le centre culturel de la ville de Boundiali qui a servi de cadre à celui de la région de la Bagoué.

C’était le samedi 16 mai dernier et ce, en présence des autorités administratives, politiques, coutumières, des partenaires dont l’agence nationale d’aide au développement rural (Anader), des paysans-pilotes ainsi que celle des femmes des groupements de production de beurre de karité.

Baptisé « Amélioration de la production fruitière du karité par la régénération naturelle assistée et la production de plants greffés dans les régions de la Bagoué et du Tchologo », ce projet d’une durée de 24 mois qui couvre les deux régions susmentionnées, vise à mettre continuellement à disposition la matière première. Laquelle matière première se raréfie du fait de la dégradation avancée et de la diminution drastique des parcs à karité dans les zones de production.

Des techniques qui ont connu du succès dans des pays sahéliens comme le Mali et le Burkina-Faso.Au cours de la rencontre, le coordonnateur principal du projet et doyen de l’Ufr des sciences biologiques de l’université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo, Pr Diarrassouba Nafan, a largement expliqué à l’importance du karité dans l’économie locale à ses hôtes.

Quant à Dr Yao Saraka, chercheur-associé au projet et, par ailleurs, enseignant-chercheur à l’Upgc,  a fait savoir à l’assistance que les parcs à karité se dégradent et diminuent de plus en plus.D’ou la nécessité de trouver des solutions pour préserver la matière première.

Puis, les uns et les autres se sont retrouvés dans un champ-école dans les environs de la ville de Boundiali pour des explications plus exhaustives relatives aux trois innovations.

                                                Billy Kakao

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici