Santé/C’est quoi la maladie de Parkinson ?

0
90

La maladie de Parkinson est une affection qui attaque le système nerveux central (cerveau) et qui entraîne progressivement des anomalies du mouvement comme des tremblements, des mouvements lents et difficiles (akinésie), et une raideur de tout le corps.

La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative du cerveau.
Certaines populations de neurones dégénèrent, ce qui se traduit par une difficulté de déclenchement des mouvements volontaires.

Cette maladie, qui touche 2% de la population au-delà de 65 ans, évolue lentement et les premiers signes, à savoir des tremblements, une difficulté à réaliser des mouvements et une rigidité, n’apparaissent que dans les cinq à dix ans après le début de la dégénérescence des neurones.

En fait, c’est lorsque la moitié des neurones ont déjà disparu que les premiers symptômes se déclarent.

L’un d’entre eux est l’écriture. La personne atteinte de la maladie de Parkinson a une écriture qui rapetisse (écriture en pattes de mouche).

Quand la maladie s’installe, on observe trois grands symptômes qui peuvent survenir ensemble ou l’un d’entre eux peut dominer les autres.

Il s’agit d’un tremblement de repos et quand la personne exécute un geste, il cesse en général. Parfois, quand il est important, il ne s’arrête pas pendant l’exécution du mouvement mais ne concerne le plus souvent qu’un côté du corps.

Bien qu’associé à la maladie de Parkinson dans l’esprit du plus grand nombre, le tremblement notamment n’est pas toujours présent chez les personnes atteintes.

Autre signe : l’akinésie. Il s’agit d’une difficulté à initier les mouvements, et notamment les plus complexes nécessitant de la précision et de coordonner plusieurs membres.

La marche par exemple devient de plus en plus altérée.

INFOGRAPHIE : Les symptômes de la maladie de Parkinson

Maladie de Parksinson : les symptômes

Pour la personne atteinte, élaborer ses gestes est fatiguant et elle peut avoir la sensation d’être bloquée. Outre cette difficulté à initier le mouvement, celui-ci est réalisé très lentement.

Cette lenteur se traduit par des difficultés dans des gestes qui nécessitent précision et dextérité ou des gestes qui nécessitent une certaine rapidité et répétition, comme couper la viande, se brosser les dents. Il n’est pas rare que le patient consulte alors en pensant être atteint d’un problème articulaire ou rhumatologique.

Le troisième symptôme caractéristique de la maladie de Parkinson est l’augmentation du tonus musculaire.

On appelle ce phénomène l’hypertonie plastique. Les personnes atteintes ressentent des douleurs et des sensations de raideur constantes. L’hypertonie plastique contribue à la difficulté motrice.

Les troubles de la marche sont constants, et s’aggravent en fonction des stades d’évolution de la maladie. Ils sont présents quand les effets du traitement s’estompent au cours de la journée et lors d’un phénomène nommé l’ « enrayage cinétique », ou « freezing », un piétinement brutal et imprévisible qui arrête la marche et survient lors d’un bruit ou d’un obstacle.

L’évolution de la maladie est marquée par l’aggravation des troubles, et leur bilatéralité.

Leur localisation au niveau des membres, de la face et du tronc et leur évolution diffère d’un individu à un autre.

Sources Le Figaro

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici