Le président de la République Sem Alassane OUATTARA était ce jeudi 28 novembre 2019 dans le département de Niakara à l’occasion de la 2ème journée de la visite
présidentielle de la région du Hambol.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’après le discours du numéro un ivoirien, un sentiment de déception s’est emparé d’une partie de la population. La joie et la ferveur de plus d’une semaine d’attente de cette visite a fait place à une certaine déception de certaines populations. Pourtant, tout avait bien commencé avec les discours de bienvenu du maire de Niakara KONE Pierre et du députe Séverin GUIBESSONGUI N’datien, porte-parole des populations, qui ont tour à tour présenté fidèlement les doléances des populations.

Le maire après avoir souhaité que le chef de l’état s’approprie la cité de Silue Nièkèrè, a insisté pour que le Président bâtisse sa maison à Niakara, car s’est chez lui : « Nous vous remettons une lettre d’attribution d’un terrain de 5 ha pour que vous bâtissiez votre résidence chez vous ici a Niakara ».

Le député, porte-parole des populations, a d’abord relevé la joie des populations d’accueillir chez elles leur frère, leur parent avant présenter leurs doléances. « …… Le Peuple Tagbanan était inquiet et se sentait mal aimé tant l’attente de cette visite d’Etat était longue….Les populations me pressent de vous dire, dans le cadre de l’administration du territoire, qu’elles souhaitent que Ouéréguékaha soit érigé en chef-lieu de sous-préfecture et que les chefs-lieux de sous-préfecture actuels (Arikokaha, Badikaha et Niédiékaha) deviennent des Communes. Aussi, formulent-elles le vœu que Tafiré accède au rang de département. Par ailleurs, les populations vivent encore le cauchemar de la pénurie d’eau potable aussi bien à Niakara qu’à Tortiya ainsi que dans les sous-préfectures de Arikokaha, de Badikaha et de Niédiékaha. Pour cela, notre doléance concerne la réalisation et l’équipement de 3 forages SODECI de 10m3/h chacun à Niakara Commune, le renforcement et l’extension du système d’adduction d’eau dans les chefs-lieux de sous-préfectures. Toutes ces populations ici réunies m’en voudraient si je n’évoquais pas la question ho combien sensible de la mévente de l’anacarde seule véritable culture de rente. Une grave pression s’exerce sur le peu de terre qui existe à cause de l’orpaillage clandestin. Aussi, l’orpaillage clandestin entraîne-t-il une insécurité galopante. A cet effet, nous sollicitons la construction et l’équipement d’une brigade de gendarmerie dans chaque chef-lieu de sous-préfecture non pourvu : Arikokaha, Badikaha et Niédiékaha…… »

Dans son allocution le chef de l’état a salué et remercié les populations pour leur accueil chaleureux. Il a rappelé tous les chantiers encours notamment concernant l’électricité. << 47 localités ont été électrifiées soit un taux de couverture de 81% en 2019 >>, pour tout le reste, les populations devront attendre après 2020. << J’ai pris bonne note, j’ai demandé au gouvernement de mener une réflexion globale  sur le découpage administratif après les élections présidentielles de 2020 >>. 

On peut donc le dire, le discours du président à Niakara a été un discours hautement politique qui a laissé une partie des populations sur leur faim, car pour elles, aucune décision immédiate n’a été prise. Ainsi Tafiré devra attendre après 2020 pour être département, Ouréguékaha du général APALO devra attendre 2020 pour avoir sa sous-préfecture, il en est de même pour les autres doléances qui trouverons réponses dans une réflexion dite globale sur le département de Niakara.

Mais bien que déçues ces population gardent espoir et foi que le Président de la République et le gouvernement donneront une suite heureuse a leurs revendications.

Gnakouri Tostao

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici