Yamoussoukro : 54ème édition du grand ménage. Le ministre Bouaké Fofana prévient : « après la sensibilisation nous allons passer à la phase de répression »

0
571

Le ministre de l’assainissement et de la salubrité, Bouaké Fofana a lancé la 54ème édition de l’opération baptisée « grand ménage » le samedi 2 juillet 2022 à Yamoussoukro, capitale politique et administrative ivoirienne.

Une opération soutenue non seulement par la population, mais aussi et surtout par les acteurs de l’administration ivoirienne avec en tête, le préfet de région, BROU Kouamé, préfet du département de Yamoussoukro, les forces de défense et de sécurité (Garde républicaine, Sapeurs-pompiers, la police et la gendarmerie), la Croix-Rouge, les établissements coulibaly, les transporteurs. En tout cas toutes les forces vives de la société civile dont des organisations non gouvernementales y compris de la population commerçantes y étaient présentes.

Pour le ministre Bouaké Fofana, cette opération est une action communautaire pour sensibiliser les concitoyens à entretenir chacun son environnement et à rendre propre tous les espaces publics, les rues, les caniveaux. Elle a lieu tous les premiers samedis du mois afin que tous ensemble on puisse entretenir notre environnement. Insistant que la salubrité à un lien direct avec notre santé. Raison pour laquelle, dit-il, nous-mêmes, devons prendre en charge la propreté autour de nous, a-t-il expliqué. Indiquant que l’Etat vient au secours, mais nous-mêmes devons prendre en charge la propreté autour de nous. Pour le ministre, plusieurs sensibilisations ont été faites et continuent d’être faites. Mais poursuit-il, il va arriver un moment où on arriver à la phase de répression. Le gouvernement va adopter un projet de loi qui est le code l’hygiène comportant une partie de répression. Lequel code qui a déjà été adopté par le gouvernement et attend d’être voté par les parlements et mon département ministériel va beaucoup communiquer sur ce code. Une fois mis en vigueur, on va passer à la phase de répression.

A l’en croire, ce qu’il faut aujourd’hui, c’est que les ivoiriens prennent conscience eux-mêmes du rôle à jouer  dans le maintien de la propreté autour de nous, et cela va impacter la santé publique. Une fois ce code sera adopté, il y aura des agents assermentés à travers les comités de salubrité dans toutes les villes du pays. Il y aura des agents assermentés qui auront le droit d’aller même visiter les domiciles, les alentours car loi va obliger chaque personne à maintenir propre sa devanture. Si cela n’est pas respecté, on va imposer des amendes jusqu’à des peines d’emprisonnement. Le code de l’assainissement sera aussi travaillé, car de nombreuses constructions non pas de forces septiques et jettent des eaux usées directement dans les caniveaux. Cet état de fait est interdit par la loi. Une fois que le code d’assainissement sera mis en œuvre, on aura aussi des agents assermentés qui pourront visiter les maisons  pour s’assurer que chaque maison possède une fosse septique pour accueillir les eaux usées. Auquel cas, la personne court des amendes et des peines d’emprisonnement. Car les eaux des toilettes envoyées dans les caniveaux  terminent leur course dans les cours d’eau dans lesquels parfois on prend les eaux pour les traiter.  Beaucoup de communications seront faites sur ce code en vue d’informer toute la population car la phase de répression sera sans exception.

Bouaké Fofana a terminé par féliciter la direction régionale de l’assainissement et de la salubrité pour la mobilisation exceptionnelle. Son souhait est que dans chaque communauté il soit installé un comité de salubrité qui participe le premier samedi de chaque mois au maintien de la propreté. Il a par ailleurs rappelé que le dimanche 3 juillet, c’est la journée mondiale sans plastique qui pose la problématique de recyclage. Ces sachets peuvent être recyclés de façon industrielle. D’où il ne faut pas les jeter partout dans les rues et autour de nous, conseille-t-il. Leur recyclage va permettre aux uns et autres d’en tirer bénéfice. Des projets s’intéressent à ces sachets pour la collecte  pour le recyclage. Le ministre Fofana Bouaké a profité de son séjour pour visiter le chantier de construction de la station de boue de vidange  qui va permettre de recueillir  et collecter les boues de vidange qui proviennent des fosses septiques. Les jeter dans la nature constitue de gros risques de contamination, a retenu le ministre de l’assainissement et de la salubrité.

Armand Koffi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici