Arikokaha/L’ambulance du centre de santé hors d’usage

0
1032

Les populations de la sous-préfecture d’Arikokaha avaient applaudi, chanté et dansé à l’occasion de la remise officielle de la première ambulance à son centre de santé par la promotion cinquantenaire du village d’Arikokaha. Malheureusement après son premier voyage, elle restera immobilisée jusqu’à ce jour pour cause de panne de moteur. Logique donc que l’acquisition de cette ambulance se transforme en une vraie désillusion pour les populations dont les esprits sont hantés au quotidien par des cas de maladie qui nécessiteraient un transfert hors de leur centre de santé. « Nous avions placé beaucoup d’espoir en cette ambulance parce que pour nous, le transport de nos parents malades ou de femmes en couche dans des tricycles ou à motos étaient derrière nous. Malheureusement nous constatons très tôt que nous avons vite jubilé. Nous n’avons pas d’ambulance. L’Etat doit nous venir en aide. C’est une sous-préfecture entière qui en a besoin », dit Y. T du village de Fononkaha. H. B du village d’Arikohaha, lui dira : « Le geste de la promotion cinquantenaire était louable. Mais je crois qu’ils sont allés vite en besogne en choisissant un véhicule défectueux qui à vue d’œil, ne pouvait pas faire long feu. Qu’à cela ne tienne. Nous retenons l’acte, mais il ne faut pas non plus cacher le soleil avec un doigt. Cette ambulance n’est pas bonne ». Les témoignages dans le même sens sont nombreux. D’ailleurs le premier responsable du centre de santé qui a livré son avis sur cet outil de travail indispensable pour lui, vue la situation géographique de son lieu de travail, (le centre de santé d’Arikokaha se trouve presqu’à équidistance de tous les villages de la sous-préfecture), ne dit pas le contraire. « Je suis obligé de reconnaître que l’ambulance n’est pas en forme. Elle a un problème de moteur. La réparer ? Peut-être. Pour sûr il serait intéressant de penser à l’acquisition d’une autre en meilleur état ». Notons qu’après son premier voyage où elle fut immobilisée, son moteur n’a plus jamais été mis en marche et il a fallu la tracter pour la ramener à sa base. C’est le lieu donc de lancer un véritable SOS au gouvernement à travers le ministère de la santé et à toute bonne volonté de venir au secours de la sous-préfecture d’Arikokaha, en la dotant véritablement d’une vraie ambulance, parce que celle que vous apercevez lorsque vous êtes de passage dans le centre de santé, n’est qu’un trompe-l’œil.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici