ARIKOKAHA/ UN INDIVIDU ABUSE D’UNE FILLE NUITAMMENT EN PLEINE BROUSSE

0
937

Il se nomme Coulibaly Charles. En tout  cas un individu au comportement peu orthodoxe selon des sources concordantes. Il aurait abusé d’une fille de quinze (15 ans) en plein brousse le jour de la Pacques, précisément dans la nuit du Dimanche 12 Avril au Lundi 13 Avril 2020.

Selon les propos de la victime, une élève en classe de troisième, qui répond aux initiaux  K.D, le lascar  aurait simulé une panne d’essence à environ 800 mètres de Nangoniekaha, sur l’axe Nangoniekaha-Kanawolo dans la sous-préfecture d’Arikokaha. Justement l’homme sans foi ni loi aurait profité de l’isolement de sa victime pour parvenir à lui imposer son estime non sans faire usage de pratiques hors norme de procédés de drague.

A même le sol, le maniaque sexuel ne se serait pas fait prier pour assouvir ses désirs libidinaux démesurés. Environ 2 heures durant, de 19 heures à 21h, l’individu doté d’une perversité d’un autre âge se serait offert de bons quarts d’heures dans la pénombre. De retour à Arikokaha où résident le nommé Coulibaly Charles et sa victime, l’affaire s’est répandue dans le village comme une traînée de poussière.

K.D s’est confiée aux parents et proches, expliquant sa mésaventure. C’est en ce moment que des témoignages concordants révèlent la moralité douteuse de celui dont  les couilles se moquent de la censure. Lui qui selon diverses sources, propose monts et merveilles à la première venue pour s’offrir le « septième ciel ».

Aussi, a-t-on appris une  proximité de  nature amicale entre l’obsédé sexuel et la candidate au BEPC prochain. De toute façon, K.D est formelle. Elle dit avoir été abusée cette nuit-là et bien plus, elle n’entretiendrait aucune relation avec ce dernier. Et elle défend sa version des faits par des explications le plus souvent, saccadées de sanglots.

Quant au mis en cause, qui aurait disparu 24 heures durant, après l’éclatement de l’affaire, avant de réapparaître, tantôt il reconnaît avoir couché avec elle par consentement, tantôt il nie s’être envoyé en l’air avec elle. K.D aurait posé une plainte à la sous-préfecture d’Arikokaha où l’affaire devrait se poursuivre.

Une chose est certaine, les principes de la tradition s’imposeront sans nul doute à celui qui a transformé la pénombre d’un anacardier en une chambre de passage. Sacrilège !     

Assemian Navenko

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici