Bouaké/Pluie d’hommages à Konan N’Sikan, patriache et ex-député de Bouaké

0
2540

Le monde du transport terreste en Côte d’Ivoire a perdu jeudi 10 janvier 2019 l’un de ses pères. Kouamé Konan N’Sikan, ex-député de Bouaké et fondateur de la société de transports n’est plus. Un décès survenu aux environs de 1 heure du matin  jeudi 10 janvier 2019 à la polyclinique Steve Anne-Marie (PISAM) à Abidjan-Cocody des suites d’une maladie. D’une source proche de la famille à Kliminkro ou Konankro (Bouaké) son village natal indiquent qu’un mois plutôt, le patriache des cadres de Bouaké, Kouamé Konan N’Sikan perdait son épouse. Ici les habitants sont inconsolable avec à leur tête Nanan Brou. Personne n’a voulu se prêter à notre dictaphone. 

Déjà des hommages lui sont rendu. « Un coup dur pour nous les transporteurs à Bouaké. Nous venons de perdre un pionnier », dit El Hadj Koné Abdoul, président régional de l’union des transporteurs de Bouaké. « Un pionnier du transport, un cadre, un patriache, un infatigable acteur de développement, de paix et de cohésion sociale », ajoute un proche du collaborateur du maire de Bouaké, Nicolas Youssouf Djibo. Nanan Bathey, chef de la tribu Gblô dans la circonscription de Diabo/Languibonoua, tribu dont est originaire Kouamé Konan N’Sikan, a salué l’héritage de  rassemblement, d’union, de fraternité et de solidarité laissé par le défunt. « Kouamé Konan N’Sikan a envisagé la lutte contre le chommage des jeunes et l’union et la cohésion sociale entre les populations comme une arme de combat. Il a été un témoin actif des mutations de la société ivoirienne, il a été un témoin actif de lutte démocratique car ancien député. Donc homme d’État » a soutenu Nanan Bathey. 

 Avec sa posture engagée, Kouamé Konan N’Sikan a participé au développement de la région de Gbêkê, notamment avec la desserte de plusieurs localités de la région de Gbêké et de plusieurs autres régions du pays avec sa société de transport terreste qui attire davantage d’investissements dans ces localités et crée plusieurs emplois stables pour les jeunes et les femmes, estime Franck Yao Kouadio, président de l’association des jeunes cadres de la région de Gbêkê. « Il a rendu possible les échanges entre les localités car sa société de transport qui a joué sa partition tout en respectant les règles et les codes du métier de transport ».

Avec le décès de Kouamé Konan N’Sikan dans la première heure du jeudi 10 janvier 2019, à Abidjan, c’est un monument du transport ivoirien voire africain qui s’effondre. Il fait partie de ceux qui ont écrit les plus belles pages de l’histoire du transport ivoirien.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici