Cohésion sociale et gestion des conflits/Des femmes formées à Bouaké

0
858

Le Ranhôtel à Bouaké a servi de cadre le mardi 14 août à un atelier de renforcement des capacités des monitrices en alerte précoce et prévention des conflits en lien avec les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale. Vingt huit (28) monitrices venues des quatre départements que compte la région de Gbêkê ont pris part à cet atelier en vue d’adopter une méthodologie commune et harmoniser les messages véhiculés dans le règlement des conflits. Cette initiative est à mettre au compte de la Plateforme de la société civile pour la paix et la démocratie (PSCPD), avec l’appui de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS), du Ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité et l’ONU Femmes. Cette formation a pour objectif de renforcer les capacités techniques des monotrices en alerte précoce et prévention des conflits en lien avec les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale.
Selon Dr Traoré Sinaly, directeur des études de l’OSCS, cette formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet intitulé: «les femmes et les jeunes filles, actrices de la prévention des conflits à travers l’alerte précoce et les réseaux d’informations », lequel projet a-t-il dit, vise à faciliter efficacement la participation de la population en particulier les femmes dans le processus décisionnels en matière de prévention de conflit et de consolidation de la paix. « Il s’agira spécifiquement d’apprendre aux monitrices les outiles de prévention des conflits. Présenter le mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS. Leur apprendre les techniques de collecte des faits en lien avec les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale etc», a expliqué Dr Traoré Sinaly. Ajoutant qu’au terme de l’atelier, les participantes sauraient prendre de la distance vis-à-vis des conflits et des menaces à la paix et sauraient transmettre au gouvernement via l’OSCS, des informations vraies en matière de solidarité et de la cohésion sociale. Le sous-préfet central de Bouaké, Samassi Ismaël et Korotoum Diomandé, 6ème adjointe au maire de Bouaké, Djibo Nicolas ont dans leurs allocutions remercié les initiateurs et les participantes de l’atelier pour leur engagement pour le renforcement d’un lien social dans la région du Gbêkê et pour une paix durable en Côte d’Ivoire.
« A compter d’aujourd’hui vous, devraient être en mesure de traiter les cas de conflits auxquels vous serez confrontés dans vos localités respectives », a souligné Samassi Ismaël. Les participants, à travers des cas pratiques, ont toute la journée du 13 août aiguisé, leurs connaissances sur les modules: D’alerte précoce et prévention des conflits ; Du mécanismes d’alertes précoce de l’OSCS et la collecte de données en lien avec les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici