CONTRIBUTION/Le RHDP renforce ses acquis, Le PDCI vers l’implosion, l’opposition dans l’impasse, Hadj 2024 l’inquiétude des potentiels candidats

0
299

L’année 2024 semble décisive dans l’élaboration des stratégies en vue de la présidentielle de 2025. Les différentes chapelles politiques sont au «  laboratoire » afin de trouver la formule idoine à même de pouvoir leur assurer la victoire ou tout au moins une place honorable sur la scène politique de notre pays. Pour joindre l’acte à la parole, Le RHDP prépare, pour cette fin de semaine, un important séminaire. Le PDCI prépare activement son congrès de tous les dangers. Le PPA-CI et les autres partis de l’opposition restent muets. Pendant ce temps, toute autre chose, la communauté musulmane se prépare pour le plus grand évènement religieux de l’année notamment le Hadj 2024. Nous allons essayer, comme d’habitude, de décrypter tous ces points dans cette autre contribution. Et bien évidemment, nous allons clore notre analyse par un clin d’œil sur la montée des prix des denrées alimentaires qui pourtant sont produites, pour l’essentiel, en Côte d’Ivoire.

Le RHDP en Conclave

Les 17, 18 et 19 Novembre 2023, les responsables de la haute Direction du RHDP, les Députés RHDP, les Sénateurs RHDP, les Membres RHDP du CESEC, les Secrétaires Départementaux et les différentes structures d’encadrement se retrouveront autour du Président du Directoire, le Haut Représentant du Chef de l’Etat Gilbert Koné KAFANA et le Secrétaire Exécutif le Ministre Conseiller du Président de la République Ibrahima CISSE BACONGO, pour faire le bilan des élections, de la vie du parti et de dégager les perspectives pour l’année 2024. Au regard de la qualité des séminaristes et les enjeux du moment, il est clair que le RHDP refuse de dormir sur ses lauriers. Mieux, le parti est déterminé à renforcer ses acquis et de se projeter en vue des échéances de 2025. A travers donc ce rassemblement, les dirigeants du RHDP veulent entretenir la flamme militante et surtout maintenir et affirmer la place de leader conquise après plusieurs années de tacticostratégie mise en place dans le cadre de la restructuration voulue par le Président du parti, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA. Oui, le RHDP est dans le dynamisme des grandes organisations à savoir consolider les acquis et toujours voir plus grand pour les générations à venir. Félicitations donc à l’équipe dirigeante qui, à travers cette activité, donne l’opportunité aux structures d’encadrement de faire des propositionsconstructives pour un RHDP encore plus fort dans l’occupation du terrain. C’est cela la gestion participative qui est la nouvelle marque du RHDP.

Le PDCI vers l’implosion ?

Le PDCI prépare activement son congrès électif. Ce qui est normal. Nous constatons plusieurs velléités de candidatures pour succéder au Président défunt Henry Konan BEDIE. Ce qui est également normal. Mais ce qui est inquiétant, pour ce parti, ce sont les ambitions personnelles affichées par chacun des candidats. A écouter les états-majors des différents candidats connus, ils veulent tous être candidats du PDCI pour la présidentielle de 2025. Il n y a donc aucune place d’amour véritable du PDCI dans leurs cœurs. Chacun d’eux  pense que son tour est arrivé. Gagner ou pas l’élection présidentielle de 2025, ce n’est pas leur problème.Il faut s’emparer de la machine PDCI pour en faire un instrument de combat personnel. Les positions sont tranchées et elles se radicalisent.

Et il est évident que, quel que soit l’issue de ce congrès, le parti sortira affaibli. L’on peut rétorquer que cet engouement dénote de la vitalité du vieux parti et que la démocratie soit respectée. Il faut le leur concéder. Mais sous les tropiques, une succession doit être bien préparée. Et je ne suis pas sûr que ce soit le cas à présent au PDCI qui, jadis, faisait beaucoup plus de place aux conseils des sages qui, malheureusement, sont forcés par leur jeunesse à faire valoir leur droit à la retraite. Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès dit l’adage. Ce PDCI qui, dit-t-on, veut appliquer la démocratie risque l’implosion que nous ne leur souhaitons pas rien que pour l’animation plurielle de la vie politique nationale. En tout état de cause, les portes du RHDP, la famille des vrais Houphouétistes, restent ouvertes pour tous ceux qui finiront par réaliser que pour honorer la mémoire de Félix Houphouët Boigny, il faut simplement être au RHDP.

Le PPA-CI dans l’impasse

Le PPA-CI s’est enfermé dans un mutisme qui en dit long sur son état de santé actuelle. Ils caresseraient, malgré tout et selon les indiscrétions, de lancer la lutte pour l’intégration de Laurent GBAGBO sur la liste électorale. En réalité, ils se font peur à eux-mêmes. Il faut respecter la loi. Ils sont tous libres parce que le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a toujours priorisé la voie du pardon et de la réconciliation. Il ne faut donc pas en abuser. Je n’irai pas plus loin pour l’heure.

Hadj 2024

Cette question sociétale est devenue préoccupante cette année. Nous n’avons rien à reprocher à l’Etat pour l’augmentation du coût du Hadj. En effet, la Côte d’Ivoire qui est impactéepar les réalités mecquoises s’est vue obligée d’augmenter de 50% le Coût du Hadj 2024. Force est quand même de reconnaître que l’annonce s’est faite un peu tard ne laissant pas du coup la chance aux potentielspèlerins de s’organiser pour réajuster  leurs budgets. Par ailleurs, il a été donné de constater que plusieurs demandes de passeports ont été invalidées pour, dit-t-on, des questions de réseau internet instable. A priori, le problème peut être rattrapé et donc pas de problème à ce niveau. Cependant, entre temps, la plateforme d’enregistrement des candidatures a été ouverte. Du coup, les centaines de personnes qui attendent que leurs demandes de passeport soient validées, risquent d’être forclos. Ce sont, entre autres, quelques observations fâcheuses à porter à l’attention du Commissariat du Hadj afin qu’elles soient prises en compte pour les éditions futures.

L’augmentation vertigineuse du prix des denrées alimentaires

Les prix de la tomate fraîche, de l’aubergine, de la banane, du manioc, du piment, du gombo et autres produits vivriers, connaissent une augmentation sensible sur les marchés. Quand on sait que notre pays demeure une terre fertile et propice à toutes ces cultures, nous sommes en droit de nous poser des questions sur les raisons fondamentales de cette flambée des prix desdites denrées de premières nécessités. Cette situation ressemblant plutôt à une spéculation des commerçants, il serait bien que les services du Ministère du commerce soit regardant sur cette question qui devient de plus en plus virale sur les réseaux sociaux et dans les différentes presses. DIEU protège notre pays. A la semaine prochaine inchallah.

Lancina KARAMOKO

Conseiller Economique Social Environnemental et Culturel

Membre du Bureau politique du RHDP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici